Aller au contenu principal

Space : attaqué, Stéphane Travert défend ses positions

Le 11 septembre, le ministre de l’Agriculture, au Space, a défendu les positions du gouvernement, notamment sur les EGA et la sécheresse, mais a aussi essuyé des critiques de la part de la FNSEA, et même du président du Space.

Stéphane Travert a rappelé que le projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales avait bien pour objectif «d’offrir un cadre rénové afin de rééquilibrer les relations entre les acteurs économiques».
Stéphane Travert a rappelé que le projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales avait bien pour objectif «d’offrir un cadre rénové afin de rééquilibrer les relations entre les acteurs économiques».
© Guillaume Perrin



«Monsieur le ministre, il y a un an vous avez effectué votre première visite au Space. Un an, ça passe vite. On aurait aimé vous dire merci pour la loi issue des Etats généraux de l’alimentation (EGA). Nous avions alerté sur les risques de désillusion. Les agriculteurs sont les premiers de corvée. Le doute s’est installé.» Ce sont en ces termes que Marcel Denieul, président du Space, s’est adressé à Stéphane Travert, le 11 septembre.
Le ministre de l’Agriculture a inauguré le Salon dédié aux productions animales, à Rennes. Après une matinée de déambulation dans les allées pour rencontrer les acteurs de la filière, le président du Space a donc fait part de son scepticisme. Le ministre lui a répondu en défendant ses positions. Il a rappelé que le projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales avait bien pour objectif «d’offrir un cadre rénové afin de rééquilibrer les relations entre les acteurs économiques».
Les doutes des agriculteurs proviennent, en grande partie, du retard législatif. Le projet de loi a été examiné en première lecture par l’Assemblée nationale et le Sénat entre mai et juin derniers. Cependant, la commission mixte paritaire a échoué, et il est examiné en nouvelle lecture depuis le 12 septembre. Stéphane Travert a souligné que ce projet de loi avait fortement mobilisé le monde politique et le monde agricole. En témoignent les nombreuses heures de débats et le nombre important d’amendements examinés.

Coûts de production : la controverse
Pour lui, il permettra bien de lutter contre les prix abusivement bas et de répercuter l’augmentation du coût des matières premières sur le prix payé au producteur, notamment au travers d’une rénovation de la contractualisation et de la définition d’indicateurs de coûts de production. Sur cet épineux sujet, il a réaffirmé la position du gouvernement, en rappelant que leur calcul devrait être confié aux interprofessions et non à un organisme public.
«Vos interprofessions travaillent sur les indicateurs. Je les reçois ces jours-ci, et elles doivent aboutir dans les prochaines semaines», a confirmé Stéphane Travert. Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, qui s’est exprimée quelques heures après le ministre, a rappelé la position de la FNSEA, qui s’oppose à celle du ministère à ce sujet : «L’objectif est que des indicateurs fiables soient proposés par les interprofessions, mais si les parties prenantes n’arrivent pas à se mettre d’accord, il faut que l’Observatoire des prix et des marges puisse intervenir, et cela ne revient pas à avoir une économie administrée, comme le prétend le gouvernement

Sécheresse : mesures insuffisantes
Autre sujet de friction : les mesures mises en place suite à la sécheresse et la canicule qui ont touché durement le monde agricole. Stéphane Travert a détaillé les mesures obtenues par le ministère pour soutenir les agriculteurs : versement d’une avance de trésorerie à partir du 16 octobre à un taux relevé, 70 % des paiements directs et 85 % de l’ICHN. «J’ai obtenu pour l’ensemble du territoire national que les exploitations puissent faire pâturer ou faucher les surfaces en jachère… Au-delà de ces mesures européennes, j’ai activé un plan d’action sécheresse», a-t-il ajouté.
Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, a rappelé que la FNSEA l’avait alerté à ce sujet. Il s’est dit insatisfait des mesures proposées par le ministre le jour même. «Elles sont insuffisantes. Nous avions demandé 90 % d’avance de trésorerie sur l’ICHN et les paiements directs, et nous aurions aimé qu’elles arrivent plus tôt. C’est maintenant que les agriculteurs ont besoin de trésorerie. De plus, ces mesures sont trop générales et floues. Il nous faut des précisions», s’est-il indigné.
Marcel Denieul a aussi interpellé Stéphane Travert sur le sujet de la Pac, en lui reprochant de ne pas défendre une Pac forte avec un budget ambitieux. Le ministre a semblé quelque peu vexé de cette remarque, et n’a pas manqué de souligner qu’il avait été un des instigateurs d’une prise de parole, au côté de vingt et un Etats, pour défendre une Pac forte avec un budget maintenu.
En revanche, Stéphane Travert ne s’est pas officiellement exprimé sur le TO/DE. Cette mesure d’exonération fiscale pour les employeurs de main-d’œuvre saisonnière en agriculture devrait être supprimée en 2019 au profit de la réforme sur le coût du travail. «Cette suppression pénaliserait fortement les employeurs de main-d’œuvre en leur faisant perdre en compétitivité, et la réforme ne compensera pas ces pertes. De plus, le TO/DE sera supprimé dès janvier 2019, et la réforme ne sera pas mise en place avant avril 2019», s’est agacé Jérôme Despey. Il a ainsi rappelé que la FNSEA était actuellement mobilisée sur tout le territoire pour protester contre la suppression du TO/DE.

Charte de bon voisinage de la FNSEA
Lors de la visite du ministre de l’Agriculture au Space, la FNSEA lui a présenté la charte de bon voisinage. Pour l’organisation, il s’agit de la poursuite du déploiement du Contrat de solutions pour une trajectoire de progrès pour la protection des plantes, initié à l’occasion du Salon Innov’Agri, le 5 septembre dernier.
L’objectif de cette charte est de «renforcer la compréhension réciproque des agriculteurs et de leurs riverains, et de poser les bases d’une coexistence sereine. Nous proposons la signature de chartes dans tous les territoires, à l’échelon régional, puis départemental ou de filière».
Elle formalise «l’engagement de bonnes pratiques des agriculteurs en matière d’utilisation de produits phytopharmaceutiques». Avec cette charte, il s’agit pour la FNSEA d’apporter une réponse concrète aux interrogations des citoyens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde