Aller au contenu principal

Phytosanitaires
Statu quo sur la classification européenne du glyphosate

L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a décidé il y a quelques jours de ne pas durcir la classification du désherbant.

glyphosate
Epandage de glyphosate avant semis.
© Nadège Petit

L’Agence européenne des produits chimiques a décidé le 30 mai, lors de la réunion de son comité d’évaluation des risques, de maintenir la classification existante du glyphosate, considéré dans l’UE comme responsable de lésions oculaires graves et comme toxique pour la vie aquatique avec des effets durables. « Sur la base d’un large examen des preuves scientifiques, le comité conclut à nouveau que la classification du glyphosate comme cancérogène n’est pas justifiée », indique l’ECHA dans un communiqué. Les caractères « mutagène ou reprotoxique » ne sont pas non plus retenus.

La classification de l’ECHA se concentre uniquement sur les propriétés dangereuses de la substance c’est-à-dire son potentiel de nuisance, mais elle n’évalue pas l’exposition des personnes ou de l’environnement au glyphosate. Ce travail fait partie de l’évaluation des risques qui va maintenant être menée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). L’avis adopté sera publié sur le site web de l’ECHA et envoyé à la Commission européenne et à l’Efsa d’ici la mi-août.

Cette décision de l’ECHA est une nouvelle étape dans le cadre de la procédure de ré-examen du glyphosate dans l’UE qui a pris du retard. L’Efsa a en effet annoncé début mai le report au mois de juillet 2023, la faute à un volume exceptionnel de données, de la publication de son rapport final dans cette procédure qui aurait dû être bouclée fin 2022, date à laquelle l’autorisation du glyphosate expire dans l’UE. Une situation qui devrait pousser la Commission européenne à prolonger d’une année l’autorisation de l’herbicide.

L’ONG Générations futures regrette, dans un communiqué, que « l’ECHA ait une fois de plus rejeté les preuves solides existantes pour classer le glyphosate comme cancérogène présumé pour l’Homme » en s’appuyant « unilatéralement sur les études de l’industrie ». « Désormais, la balle est dans le camp de l’Efsa », estime l’association.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde