Aller au contenu principal

Strip-till : les réglages à privilégier au printemps

La réussite de la technique strip-till avant le semis de maïs passe par le respect de quelques règles très simples selon le type de sol et le précédent cultural.

Sur cette modalité, une reprise superficielle a été faite avec des doubles disques gaufrés (droite). La distinction est due à l’équipement de finition (3 rangs avec profil refermé, 1 rang avec profil ouvert).
Sur cette modalité, une reprise superficielle a été faite avec des doubles disques gaufrés (droite). La distinction est due à l’équipement de finition (3 rangs avec profil refermé, 1 rang avec profil ouvert).
© D. R.

Les interventions de saison vont concerner deux grands cas de figure : la reprise superficielle des sols lourds ou le travail profond des sols légers. Dans les deux cas, l’expérience montre qu’il est préférable de dissocier le semis de la culture du passage de strip-till.

Pour les terres argileuses qui ont été travaillées en automne, une reprise superficielle des bandes de terre peut être envisagée avant les semis de printemps. Ceci d’autant plus que la culture à semer nécessite un lit de semences bien affiné et/ou lorsque le semoir monograine est doté d’éléments semeurs légers. En cas d’apport d’engrais lors de ce passage, celui-ci sera uniquement mélangé dans les premiers centimètres de terre.

Dans ce cas, il faudra veiller à  avoir une vitesse d’avancement élevée pour maximiser l’émiettement (de 10 à 15 km/h), mais aussi à travailler superficiellement pour éviter de remonter de la terre grasse. Il ne faut pas hésiter à remonter suffisamment la dent ou utiliser des équipements de reprise spécifiques (double disques gaufrés, kit vibro). De même, pensez à esquiver totalement les chasse-débris pour garder le maximum de terre sur le rang, comme à choisir l’équipement de finition adéquat (roue pleine ou caoutchouc pour l’obtention d’un profil refermé si on privilégie le maintien de l’humidité ;  roue à doigts ou rouleau cage pour l’obtention d’un profil ouvert si on privilégie le réchauffement de la terre. L’équipement roue pleine ou caoutchouc peut être remplacé par un passage de rouleau, le cas échéant.

Travail «profond» des sols légers

On pourra envisager un travail «classique» de printemps, c’est-à-dire un passage unique de strip-till précédant le semoir de quelques jours, seulement dans les sols légers, voire intermédiaires. Ceux-ci se caractérisant par un faible taux d’argile, cela n’empêchera pas une bonne observation du niveau de ressuyage du sol afin de ne pas travailler en conditions semi-plastiques. Car le niveau d’émiettement de la terre en un seul passage de strip-till est fonction de son état de ressuyage. Des conditions trop humides se traduiront par des mottes !

Dans ce cas, il faudra veiller à avoir une vitesse d’avancement élevée pour maximiser l’émiettement (de 8 à 12 km/h), mais aussi à avoir une profondeur de travail qui soit un compromis entre humidité de sol satisfaisante, émiettement de la terre, puissance requise et vitesse permise (le plus souvent aux alentours de 15, voire 18 cm). De même, tâchez de régler les chasse-débris de façon normale pour une ligne bien nettoyée en évitant de trop creuser. Pour y parvenir, les chasse-débris flottants sont préférables.

Enfin, il est indispensable de choisir l’équipement de finition adéquat : roue pleine ou caoutchouc pour l’obtention d’un profil refermé si on privilégie le maintien de l’humidité ;  roue à doigts ou rouleau cage pour l’obtention d’un profil ouvert si on privilégie le réchauffement de la terre. L’équipement roue pleine ou caoutchouc peut être remplacé par un passage de rouleau le cas échéant. Ne pas oublier de se décaler d’un demi-rang par rapport aux lignes de l’année précédente, en cas de maïs sur maïs.

Cas particulier des interventions après les dérobés

Pour les précédents dérobés, l’idée est d’implanter en un passage le maïs. Ce sont, en général, des semis plus tardifs. Les appareils à dents peuvent donner des résultats corrects dans le cas de graminées de courte durée : ray-grass d’Italie.
Dans les situations avec un chevelu racinaire plus dense et une prairie plus installée, il faut plutôt s’orienter sur des bandes fraisées et du strip-till rotatif. Avec un appareil à dents, deux passages consécutifs peuvent être nécessaires : le premier pour casser le chevelu racinaire et le second pour fabriquer suffisamment de terre fine.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde