Aller au contenu principal

Technique
Strip till : une nouvelle technique à découvrir

La chambre d’agriculture organise une visite d’essais d’implantation de colza au strip till le 22 octobre à Hallencourt.

© AAP

La chambre d’agriculture a mis en place en 2012 deux essais strip till. Originaire du Middle West américain, cette technique culturale consiste à ne travailler que le rang de semis. Elle se destine donc aux cultures à inter-rang assez large (colza, maïs, betterave, …). Elle séduit les agriculteurs sur différents aspects : gains de temps, de carburant, bénéfices agronomiques et réduction d’intrants.
L’enjeu des essais est de répondre à plusieurs problématiques majeures dans le contexte 2012 :

Un enjeu énergie
La simplification du travail du sol par le strip permet un gain de carburant notable entre le nombre de passage et la puissance nécessaire (100 à 120 cv pour 6 dents).

Un enjeu temps de travail
Deux passages sont nécessaires pour une implantation : un passage de strip till pour préparer le sol et un passage de semoir. Certains constructeurs étudient la possibilité du tout en un passage : combiné le semoir au strip till, peut être possible pour du colza.
Pour le maïs cette technique n’est pas à retenir puisque le passage de strip doit être réalisé au moins quelques jours avant le semis pour préparer le sol et surtout le réchauffer.

Un enjeu conservation des sols
La réduction de la surface travaillée permet de limiter la perte de matière organique par minéralisation. Mieux encore, la combinaison du strip till avec des couverts associés permet d’implanter rapidement du colza, par exemple dans un couvert de pois protéagineux.
Ce couvert présente deux avantages : la couverture de l’inter-rangs générant une baisse de la concurrence des mauvaises herbes (réduction du coût herbicide) et une fourniture d’azote valorisable par le colza au printemps.
Deux essais ont donc été mis en place et démontrent bien que la simplification du travail du sol ne rime pas avec impatience. Plus qu’en système labour semis, il faut être patient et attendre que le sol soit suffisamment sec pour travailler. L’essai semis de maïs en strip till réalisé en avril dernier le montre bien :
- Récolte (ensilage) du précédent ray grass en conditions humides : compactage du sol par le passage des bennes.
- Passage du strip till en conditions humides et semis dans la foulée en conditions de sols non satisfaisant (semis réalisé pour parfaire la démonstration) : dans ces conditions la dent de strip till ne travaille pas le sol (pas de foisonnement) et lisse le fond de la zone travaillée.
Finalement, se montre décevant. Dans un premier temps, il se développe normalement jusqu’au stade 3-4 feuilles avant d’être pénalisé par un défaut de structure. En conclusion, ce jour là mieux aurait fallu attendre et laisser le sol sécher avant de travailler.
Un second essai d’implantation de colza en strip till combine divers types d’implantation et de couverts. Il donne des résultats prometteurs cf. tableau) :
Les résultats provisoires mettent en avant deux éléments :
- Avantage aux modalités de semis avec un monograine lié à la qualité du rappui du lit de semence dans un contexte où il n’a pas plu après le semis. Dans les autres modalités, des levées complémentaires sont en cours depuis les pluies de fin septembre.
- Avantage aux modalités avec strip till sur le nombre de chénopodes qui ont levé : moins le sol est travaillé, moins il y a de chénopode qui lève ; phénomène d’autant plus marqué si un couvert est déjà en place.
- Les repousses d’escourgeon sont omniprésentes quelle que soit la modalité.
Toutes ces implantations ont été réalisées avec un tracteur équipé d’un système d’auto guidage. Ainsi le semoir monograine s’est repositionné avec précision dans les passages de strip till.

Démonstration de semis direct le lundi 22 octobre à Hallencourt
La démonstration de semis sous couvert de septembre a du être annulée pour des raisons météorologiques (30 mm la veille sur la parcelle). Cela prouve par ailleurs une des limites du système.
La démonstration est reprogrammée le lundi 22 octobre à 13h30 (sous réserve des conditions climatiques) après le pic des travaux de semis et les récoltes d’automne.
Au programme :
- essai comparatif de différents semoirs de semis direct,
- visite d’essais d’implantation de colza au strip till,
- démonstration de GPS animée par la FdCuma de la Somme,
- plateforme d’essais de cultures dérobées.
Les personnes intéressées sont invitées à se tenir informé sur www.somme.chambagri.fr du maintien ou non de cette manifestation. Il est aussi possible de s’inscrire par mail à s.bacon@somme.chambagri.fr ou par téléphone au 03 22 20 67 30, ce qui permettra d’être rapidement informé en cas de modification du programme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde