Aller au contenu principal

Succès total pour le colloque et l'exposition Parmentier

Le public était au rendez-vous.

© AAP

Les organisateurs du colloque Parmentier(*) ont de quoi être satisfaits. Il a fait salle comble, quelque trois cents participants, lors des deux journées des 19 et 20 septembre à Amiens. "Trois académiciens parisiens et les plus grands noms des professionnels responsables agronomiques de la culture de la pomme de terre ont rendu par leurs «communications» ces journées brillantes et passionnantes", souligne Pierre Jubault, directeur annuel de l'Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Amiens.
L'exposition a vu défiler plus de mille visiteurs en sept jours, en particuliers les scolaires. Des classes ont en effet profité de l'occasion pour emmener les jeunes s'informer sur la culture de la pomme de terre et l'économie de cette production phare de la région. Les élèves des lycées professionnels hôteliers et du tourisme d’Amiens ainsi que ceux du lycée agricole du Paraclet ont également été très présents à l'exposition et aux séances du colloque, sans oublier ceux de l’IUT de Génie biologique de l’UPJV et des classes de Terminale accompagnés par leurs professeurs de SVT.
Quant au Buffet Parmentier, il a été fort apprécié par plus de 150 invités qui pendant ces deux jours ont pu déguster entre autres du pain à la Parmentier contenant de la pulpe de pomme de terre savamment dosée par le boulanger de Corbie, Alain Langlet.
Parmentier a été proposé comme un modèle pour la jeunesse tant il a mis la science au service du bien public et tant il a réussi à faire des découvertes importantes en chimie alimentaire, en hygiène et en nutrition, le tout avec fort peu de moyen. Sa contribution au progrès de la boulangerie en ouvrant une école de boulangerie à Amiens en 1786 a été soulignée.
Deux questions de fond ont été posées en marge de ce colloque, indique Pierre Jubault. Pourquoi notre civilisation d’abondance et de surplus n’a-telle pas encore instauré une couverture alimentaire universelle comme elle a su le faire en matière médicale ? Et pourquoi entre la mort de Parmentier en 1813 et 2013, la population du globe, passée d'un milliard d’habitants à 7 milliards, a-t-elle connu en si peu de temps ce développement exponentiel, phénomène qui ne s'était jamais produit auparavant. On attend les réponses.

(*) L’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Amiens, le groupe régional des Ingénieurs Agronomes et le Crédit Agricole Brie Picardie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde