Aller au contenu principal

Sucre : Saint Louis Sucre lâche un complément de 4,50 €

La pression mise sur le groupe Saint Louis Sucre commence à porter ses fruits : sur les 5 € que la CGB avait réclamés au groupe, ce dernier a annoncé un complément de prix à hauteur de 4,5 € par tonne de betterave sur la récolte 2018.

La CGB présente son projet coopératif alternatif aux planteurs ce lundi 27 mai, à 14h30, à la salle des fêtes d’Eppeville.
La CGB présente son projet coopératif alternatif aux planteurs ce lundi 27 mai, à 14h30, à la salle des fêtes d’Eppeville.
© A. P.



C’est un premier pas dans le bras de fer entre Saint Louis Sucre et les planteurs : parallèlement aux discussions au sujet de la fermeture des usines d’Eppeville et Cagny, le paiement de la récolte 2018 était un point de crispation supplémentaire.  Après une première annonce à 13,50 €/t de betterave entière, les planteurs s’étaient mobilisés à plusieurs reprises (à Roye, à Eppeville, à l’ambassade d’Allemagne) face au groupe privé, et ont revendiqué un complément immédiat de 5 €. Le groupe a finalement annoncé un complément à 4,50 €.
Le groupe a donc profité de la situation pour tenter de ramener de la confiance auprès des planteurs avec une annonce les remettant dans «la norme» de 2018. La CGB travaille à la reprise des sites, notamment Eppeville, avec un projet coopératif alternatif et ouvert à tous les planteurs. Celui-ci sera présenté aux planteurs ce lundi 27 mai, à 14h30, à la salle des fêtes d’Eppeville. Mené par la CGB, et établi avec des experts du monde sucrier (industriel et commercial), ce projet vise à proposer aux producteurs intéressés une migration dans un système à gouvernance maîtrisée, et table sur une rentabilité supérieure à la performance actuelle.

 

REACTION

Dominique Fiévez, président de la CGB80

Il faut garder l’essentiel en vue !

Notre mobilisation depuis quelques semaines a été gagnante et, oui, c’est une victoire syndicale. Mais, d’un côté, nous allons continuer la mobilisation pour les betteraves 2019 et la préparation du contrat 2020, qui devra être conforme à l’accord interprofessionnel mais, surtout, nous poursuivons notre projet de reprise : notre offre de reprise est envoyée cette semaine au directoire de Südzucker.
Nous engageons une démarche vis-à-vis de nos homologues syndicalistes allemands pour leur demander de mettre un terme à leur intervention dans le paysage français et, surtout, nous allons informer les planteurs des détails de notre projet. Ce sera fait ce lundi 27 mai, à 14h30, à la salle des fêtes d’Eppeville. C’est un moment crucial pour notre filière et notre bassin. C’est maintenant que ça va se jouer ! Je compte sur la participation massive des planteurs lundi prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde