Aller au contenu principal

Sucre : Saint Louis Sucre lâche un complément de 4,50 €

La pression mise sur le groupe Saint Louis Sucre commence à porter ses fruits : sur les 5 € que la CGB avait réclamés au groupe, ce dernier a annoncé un complément de prix à hauteur de 4,5 € par tonne de betterave sur la récolte 2018.

La CGB présente son projet coopératif alternatif aux planteurs ce lundi 27 mai, à 14h30, à la salle des fêtes d’Eppeville.
La CGB présente son projet coopératif alternatif aux planteurs ce lundi 27 mai, à 14h30, à la salle des fêtes d’Eppeville.
© A. P.



C’est un premier pas dans le bras de fer entre Saint Louis Sucre et les planteurs : parallèlement aux discussions au sujet de la fermeture des usines d’Eppeville et Cagny, le paiement de la récolte 2018 était un point de crispation supplémentaire.  Après une première annonce à 13,50 €/t de betterave entière, les planteurs s’étaient mobilisés à plusieurs reprises (à Roye, à Eppeville, à l’ambassade d’Allemagne) face au groupe privé, et ont revendiqué un complément immédiat de 5 €. Le groupe a finalement annoncé un complément à 4,50 €.
Le groupe a donc profité de la situation pour tenter de ramener de la confiance auprès des planteurs avec une annonce les remettant dans «la norme» de 2018. La CGB travaille à la reprise des sites, notamment Eppeville, avec un projet coopératif alternatif et ouvert à tous les planteurs. Celui-ci sera présenté aux planteurs ce lundi 27 mai, à 14h30, à la salle des fêtes d’Eppeville. Mené par la CGB, et établi avec des experts du monde sucrier (industriel et commercial), ce projet vise à proposer aux producteurs intéressés une migration dans un système à gouvernance maîtrisée, et table sur une rentabilité supérieure à la performance actuelle.

 

REACTION

Dominique Fiévez, président de la CGB80

Il faut garder l’essentiel en vue !

Notre mobilisation depuis quelques semaines a été gagnante et, oui, c’est une victoire syndicale. Mais, d’un côté, nous allons continuer la mobilisation pour les betteraves 2019 et la préparation du contrat 2020, qui devra être conforme à l’accord interprofessionnel mais, surtout, nous poursuivons notre projet de reprise : notre offre de reprise est envoyée cette semaine au directoire de Südzucker.
Nous engageons une démarche vis-à-vis de nos homologues syndicalistes allemands pour leur demander de mettre un terme à leur intervention dans le paysage français et, surtout, nous allons informer les planteurs des détails de notre projet. Ce sera fait ce lundi 27 mai, à 14h30, à la salle des fêtes d’Eppeville. C’est un moment crucial pour notre filière et notre bassin. C’est maintenant que ça va se jouer ! Je compte sur la participation massive des planteurs lundi prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde