Aller au contenu principal

Sucre : Tereos réaffirme sa stratégie export

Le groupe coopératif sucrier a inauguré le 20 novembre son centre logistique export, en fonctionnement depuis un an, basé sur le site d’Escaudœuvres, dans le Nord.

L’investissement logistique d’Escaudœuvres vise à intensifier l’activité exportatrice vers les marchés en croissance.
L’investissement logistique d’Escaudœuvres vise à intensifier l’activité exportatrice vers les marchés en croissance.
© © D. R.



«Cela fait près de cent cinquante ans que l’on achemine des betteraves jusqu’ici», faisait remarquer Alexis Duval, président du directoire de Tereos, à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau centre logistique export, attenant à l’usine d’Escaudœuvres (59), le 20 novembre dernier.
Le centre logistique est présenté par la coopérative comme étant «le plus gros site de chargement de conteneurs des Hauts-de-France, et probablement de toute la France (en nombre de conteneurs par jour)». Il représente un investissement de sept millions d’euros et entre dans la stratégie de diversification et d’internationalisation du groupe sucrier.

Une concentration des flux
«Dans la perspective de la fin des quotas, Tereos a investi à l’international et s’est donné les moyens d’être conquérant à l’export (…). L’entreprise exploite cinquante usines dans le monde, elle est implanté dans dix-sept pays et réalise 75 % de ses ventes à l’international», rappelle le président du directoire.
Le bâtiment de 900 m2 accueille des équipements logistiques dernier cri qui permettent de remplir jusqu’à soixante-dix conteneurs par jour, soit 1 680 tonnes (t) de sucre. En rodage depuis un an, le site peut expédier jusqu’à 500 000 t par an. «Plutôt que d’acheminer des productions depuis plusieurs sites pour les conditionner près des ports d’exportation, nous avons mutualisé les volumes de tous nos sites et concentré nos flux logistiques à Escaudœuvres», explique Alexis Duval.
Plus des trois quarts de l’approvisionnement proviennent néanmoins de la sucrerie attenante, le reste est fourni par les autres usines de la région. En 2017, 200 000 t sont parties d’Escaudœuvres, sur les 1,4 Mt que le groupe sucrier exporte en tout.

Le choix de la logistique fluviale
Les responsables de la coopérative justifient le choix d’Escaudœuvres par la disponibilité en sucre que présente le site, par des coûts d’ensachage in situ compétitif et, aussi et surtout, par une situation géographique propice à la logistique fluviale. Les conteneurs, destinés à être exportés vers l’Afrique et le Moyen-Orient, sont en effet acheminés via l’Escaut jusqu’aux ports du nord de l’Europe, principalement Anvers et Rotterdam.
Avec la mise en service canal Seine-Nord Europe, de nouvelles perspectives pourraient s’ouvrir à partir du port de Dunkerque. Sur ce point, Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France, présent lors de l’inauguration, a de nouveau confirmé la bonne avancée du dossier. «Lorsque le canal sera opérationnel, notre potentiel pourra encore doubler, en y ajoutant les volumes de sucre, de céréales et d’amidon de nos usines situées en Picardie», projette Alexis Duval.
Tereos anticipe une utilisation du futur canal à hauteur d’un million de tonnes par an sur un trafic global estimé à 20 millions de tonnes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde