Aller au contenu principal

Südzucker : coup de gueule des planteurs picards et normands à Mannheim

Ce mardi 12 mars, près de deux cents planteurs de la Somme, de l’Oise et de l’Aisne ont manifesté devant le siège de Südzucker, à Mannheim, avec leurs collègues normands.

Près de deux cents personnes (planteurs, syndicats, salariés de Saint Louis Sucre et élus locaux) sont venus manifester devant le siège social de Südzucker, à Mannheim, mardi 12 mars.
Près de deux cents personnes (planteurs, syndicats, salariés de Saint Louis Sucre et élus locaux) sont venus manifester devant le siège social de Südzucker, à Mannheim, mardi 12 mars.
© Cgb hauts-de-france

La betterave, ils y croient encore. Mais les planteurs de l’ex-Picardie et de Normandie sont remontés comme des coucous et très en colère, depuis l’annonce, le 14 février dernier, de la fermeture de cinq usines du groupe Südzucker en Europe en 2020, dont deux en France, Cagny (Calvados) et Eppeville (Somme). Raison invoquée par le groupe sucrier ? La chute vertigineuse du cours du sucre. Conséquence : le groupe sucrier doit économiser cent millions d’euros par an pour réduire l’impact de la baisse des prix du sucre sur les performances du groupe et ajuster ses capacités de production de sucre à la demande européenne.
Pour ce faire, il envisage une réduction de sa production de sucre de 700 000 tonnes par an et des licenciements. Ces décisions ont déclenché un vent de contestation parmi les planteurs d’autant que, avec la fin des quotas, ils ont joué le jeu de la hausse des volumes et de l’allongement des campagnes, malgré les pertes en silos et autres contraintes qu’elles engendraient.
Aussi, après des premières mobilisations en France - le 22 février devant la sucrerie de Saint Louis Sucre à Cagny, et le 1er mars  devant celle d’Eppeville, une nouvelle manifestation, à laquelle ont participé la Confédération générale de planteurs (CGB), des salariés de Saint Louis Sucre et des élus, a été organisée devant le siège de Südzucker, situé à Mannheim, dans le Bade-Wurtemberg, le 12 mars dernier. Levés aux aurores, plus de deux cents planteurs, salariés et élus locaux ont donc fait le déplacement pour faire entendre leurs voix. Si les manifestants ont choisi cette date et ce lieu, c’est parce que le géant mondial du sucre tenait ce même jour son comité central d’entreprise concernant le plan de restructuration annoncé, le mois dernier.

Ils ne lâcheront rien
Xavier Talpe, betteravier à Maulères, dans l’Oise, est encore abasourdi par les annonces de Südzucker. «On ne comprend toujours pas pourquoi cela nous est tombé dessus. On sentait bien qu’avec la fin des quotas, on allait traverser une période de chute des cours du sucre et de surproduction. Puis, lors des négociations de prix, on a bien vu que Saint Louis Sucre et Südzucker nous baladaient, mais de là à ce qu’ils ferment deux usines en France alors que nous sommes dans un bassin qui, historiquement, fait de la betterave, et qui a de très bons rendements, on ne s’y attendait pas du tout», confie le planteur. Et celui-ci de redouter de se retrouver sur le carreau car, bien que rattaché à l’usine de Roye, son exploitation est excentrée (plus de 55 km, ndlr). «Je crains, comme tous les planteurs de mon secteur, d’être impacté, car Saint Louis Sucre pourrait bien donner la priorité aux planteurs autour d’Eppeville. Et si je ne peux pas continuer à livrer mes betteraves à Roye, je serai condamné à arrêter cette production», craint-il.
Comme nombre de ses collègues, pour soutenir son groupe industriel, il a augmenté sa sole betteravière avec la fin des quotas, même s’il pensait que ce n’était pas la bonne chose à faire. Avec la chute des cours, il a revu sa sole betteravière à la baisse. Reste que la betterave, il veut y croire encore. Aussi, même s’il sait que négocier avec Südzucker va être particulièrement compliqué, il est prêt à mener le combat jusqu’au bout pour que les usines ne ferment pas. «On ne lâchera rien, et on  ira  jusqu’au bout de notre mobilisation pour montrer à Südzucker qu’on ne va pas se laisser faire. Ce n’est que le début de la pression que l’on compte exercer sur ce groupe», affirme-t-il.
Dans tous les cas, «on veut essayer d’y croire et de sauver le bassin de production et la filière. On fera tout pour qu’il en soit ainsi», ajoute Guillaume Moizard, installé à Matigny, dans la Somme, membre de la commission interprofessionnelle d’Eppeville, et qui livre ses betteraves aux usines d’Eppeville et de Roye.
Ceci dit, tous vivent cette situation très mal. Et d’autant que, hormis un courrier de Saint Louis Sucre les prévenant de la fermeture du site d’Eppeville, aucune autre information ne leur a été communiquée de la part de l’industriel. «On ne sait rien de la sole betteravière que l’on aura chez Saint Louis Sucre. Nous voudrions savoir ce qui va se passer, ainsi que le détail de la répartition d’une partie des hectares sur Roye», commente Marc Collache, installé à Estrées-Mons, dans la Somme, betteravier depuis 1985, et membre de la commission interprofessionnelle d’Eppeville. Outre de savoir quel est le devenir que leur réserve Saint Louis Sucre, ils attendent tous de pouvoir garder un maximum de surfaces et conserver leur outil de travail là où il est, et ce, «même s’il y a des ajustements à faire. Mais on sait que cela va être dur, car les Allemands sont très déterminés», ajoute Marc Collache.

Premier round
Déterminés, les Allemands le sont en effet, comme ont pu le constater tous ceux qui ont participé à un entretien avec les responsables de Südzucker. «Ils ne partagent ni notre analyse des marchés, ni le fait que fermer un site industriel peut leur coûter cher. Nous avons été confrontés à un mur face à nous. Chacun a campé sur ses positions. En même temps, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose pour une première rencontre», indique Dominique Fievez, président de la CGB Somme. Quoi qu’il en soit, de concert avec son homologue du Calvados, Patrick Dechaufour, Dominique Fievez a rappelé que «la CGB et les betteraviers sont prêts à se battre pour la pérennité des sucreries de Cagny et d’Eppeville, et l’avenir de la culture de la betterave dans nos régions».
La suite ? Le lendemain, les responsables de Südzucker étaient reçus à Matignon pour rencontrer les ministres de l’Economie, de l’Agriculture et du Travail (pas de nouvelle à l’heure où nous bouclons, ndlr). Ensuite, le 22 mars, une réunion est prévue à Strasbourg pour entrer en négociation. «S’il le faut, on ira jusqu’aux blocages pour obtenir gain de cause», prévient Marc Collache.


Chiffres clés d’Eppeville

- 132 salariés permanents, dont 60 saisonniers pendant la campagne
- 1 275 planteurs, avec chacun environ 16 ha de betteraves situés dans la Somme (33 %), l’Aisne (33 %), l’Oise (20 %), le Nord et le Pas-de-Calais (10 %), et dans un rayon moyen d’approvisionnement de 38 km
- 21 000 ha de sole betteravière
- 1,8 Mt de betteraves transformées par an
- 300 000 t de sucre produites par an

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde