Aller au contenu principal

Suite à la concertation, un nouveau projet d’arrêté-cadre «sécheresse»

Alors que certains bassins versants de la région sont placés en vigilance, l’arrêté-cadre «sécheresse» pour le Bassin Artois-Picardie est à nouveau en discussion.

http://www.eau-artois-picardie.fr/mediatheque/principaux-cours-deau-du-bassin-artois-picardie
http://www.eau-artois-picardie.fr/mediatheque/principaux-cours-deau-du-bassin-artois-picardie
© D. R.

Cette décision de revoir l’arrêté-cadre «sécheresse» pour le bassin Artois-Picardie fait suite à une mauvaise expérience de l’année 2017. En effet, les cours d’eau semblaient à sec alors que les seuils de déclenchement de la vigilance n’étaient pas encore activés.
L’arrêté-cadre «sécheresse» pris cette année a pour objet de définir des seuils à partir desquels des mesures de protection de la ressource en eau entrent en application. Ce dernier détermine les seuils et prévoit l’esprit des mesures, ces dernières devant être progressives et adaptées aux différents usages.
S’agissant du projet d’arrêté-cadre initialement présenté pour le Bassin Artois-Picardie, il prévoyait un renforcement important des seuils à partir desquels des mesures contraignantes pour les agriculteurs devraient être mises en œuvre. A la suite des discussions avec la profession, un seuil intermédiaire devrait être introduit pour avoir un suivi de l’état des masses d’eau et une meilleure communication vis-à-vis des usagers quant à l’importance d’utiliser la ressource au strict nécessaire. Ce palier nouveau ne porterait pas de mesures contraignantes sur les activités économiques.

Les arrêtés à suivre
Une fois que l’arrêté-cadre du Bassin Artois-Picardie sera pris, les arrêtés départementaux ou inter-départementaux existants devront s’y conformer. Ces derniers serviront de cadre pour prendre des arrêtés de restrictions temporaires et localisés, dits «arrêtés sécheresse».

REACTION de Laurent Degenne
L’action syndicale de la FRSEA a porté ses fruits

Le vendredi 29 juin, les services de la préfecture ont proposé un projet d’arrêté sécheresse au comité de Bassin Artois-Picardie sans aucune concertation avec la profession, projet qui aurait pu avoir des conséquences néfastes pour les agriculteurs en proposant des seuils plus bas, déclenchant des mesures restrictives plus souvent, sans corrélation avec une problématique réelle de terrain.
L’action syndicale qui s’en est suivie a porté ses fruits puisque la concertation a eu lieu et que le projet d’arrêté est modifié. En définitive, après discussion, les intérêts des uns et des autres se trouvent respectés puisqu’il y aura un meilleur suivi des masses d’eau sur le bassin, sans avoir de contraintes supplémentaires pour les exploitants. Les agriculteurs ont bien conscience de l’importance de la protection de l’eau et du milieu aquatique. Cette discussion a montré l’intérêt de partager sur les besoins des acteurs économiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde