Aller au contenu principal

Fourrages
Sur le camp militaire de Sissonne, des éleveurs à la manœuvre pour récolter du foin

À l’initiative du Conservatoire d’espaces naturels des Hauts-de-France et de Bio en Hauts-de-France, trois éleveurs bio de l’Aisne se sont regroupés cette année pour récolter du foin dans le camp militaire de Sissonne. D’habitude, terrain d’entraînement de l’Armée de terre, il sert aussi à fournir du fourrage à des éleveurs locaux et leurs animaux. 

Une cinquantaine d’hectares de pâtures ont pu être récoltés par des éleveurs  certifiés bio en juillet dernier sur le camp militaire de Sissonne quand d’autres parties de ce vaste territoire continuent à être pâturées.
Une cinquantaine d’hectares de pâtures ont pu être récoltés par des éleveurs certifiés bio en juillet dernier sur le camp militaire de Sissonne quand d’autres parties de ce vaste territoire continuent à être pâturées.
© Bio en Hauts-de-France

Des tracteurs et leur matériel de fenaison qui empruntent les mêmes pistes quadrillant le camp militaire que les chars de l’Armée de terre, c’est une image certes surprenante, mais qui s’explique par le fait qu’en plus d’être un centre d’entraînement, le camp de Sissonne sert aussi de zone de production de fourrages pour des éleveurs de la région. Et pas n’importe quel fourrage puisqu’à en croire le Conservatoire des espaces naturels des Hauts-de-France, ce territoire présente un intérêt exceptionnel en matière de biodiversité. On y retrouve ainsi des plantes emblématiques des steppes crayeuses, «tel l’Anémone sauvage, la Limoselle aquatique ou le Sisymbre couché», relève le Conservatoire. Or, comme chacun le sait, le pâturage de certaines prairies permet «de garder des milieux ouverts, améliorer la flore des pelouses et la qualité de la végétation herbacée». C’est la raison pour laquelle il existe des conventions entre le ministère des Armées, le Camp militaire de Sissonne et le Conservatoire des espaces naturels des Hauts-de-France pour permettre l’entretien du site par une activité d’élevage.

 

Un intérêt déjà reconnu du pâturage

Jusqu’en 2022, si une partie des 6 000 ha étaient donc déjà valorisés par la présence d’animaux (lire ci-contre), une nouvelle expérience a été conduite il y a quelques mois : réaliser une récolte mécanisée d’herbe à destination d’éleveurs bios dans des surfaces vierges. Fin 2021, le Conservatoire et Bio en Hauts-de-France ont en effet proposé à des éleveurs bio la récolte de fourrages sur le camp militaire de Sissonne. Aucun produit phytosanitaire n’étant utilisé sur le camp, y compris dans la partie valorisée par l’élevage conventionnel, les prairies sont compatibles avec la bio «à partir du moment où une dérogation est demandée à un organisme certificateur», assure-t-on chez Bio en Hauts-de-France.  

 

Fauche en juillet

Le camp étant actif et les allers-et-venues strictement contrôlés, la fauche n’a toutefois pas pu être réalisée avant début juillet. «Les éleveurs retenus ont dû montrer patte blanche», expliquait en ce milieu de semaine Lorène Villain, conseillère en polyculture-élevage pour Bio en Hauts-de-France. Au nombre de trois, ils se sont organisés en collectif et ont délégué la fauche à une entreprise de travaux agricoles, avant de réaliser les autres étapes eux-mêmes. Une cinquantaine d’hectares ont ainsi pu être récoltés. 

Bien que le rendement ait été faible – «environ une tonne de matière sèche par hectare», note Lorène Villain, l’expérience se révèle «intéressante», et pourrait être renouvelée l’an prochain sur une surface plus importante. «Sur les prairies calcaires de Sissonne, particulièrement séchantes, la sécheresse de cette année s’est traduite par de faibles rendements. Mais ce fourrage supplémentaire est particulièrement bienvenu dans les fermes avec ce contexte de déficit fourrager», assure-t-on chez Bio en Hauts-de-France.

 

Moutons et vaches angus pâturent sur le camp de Sissonne depuis 2007

Si la récolte de fourrages de cette manière et en ce lieu peut paraître insolite, il ne s’agit pas d’une première. Depuis 2007, une expérimentation d’écopâturage a, en effet, été mise en place. Celle-ci a d’abord été menée avec des ovins. Dans un enclos de sept hectares, une quarantaine de moutons ont ainsi pu profiter de deux à quatre mois de pâturage. Le résultat ? Il a été jugé «satisfaisant» puisque grâce à cette expérimentation, des pelouses à thym ont été reconstituées. En 2020, la gestion pastorale a été menée sur le camp par rotation avec différents enclos électriques posés au fur et à mesure de la saison pastorale entre mai et septembre sur des secteurs du camp.  Avec huit troupeaux composés de 750 moutons et de 150 bovins, dont des vaches de race angus, ce pâturage représente 33 km de clôtures amovibles posées par l'ESAT local. Selon le ministère des Armées, «en 2020, 430 ha de pelouses et de prairies sèches ont été pâturés grâce à cette nouvelle gestion pastorale». Sur les 260,5 ha gérés par cette méthode d’écopâturage, les retours sont considérés comme «suffisants à excellents», selon le ministère des Armées, qui considère donc que le bilan est «très positif».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde