Aller au contenu principal

Sylvie et Laurence Moreau : «L’élevage de lapins, notre passion»

Au Gaec des Hayettes, à Rocquigny (02), toute la famille s’occupe des 250 vaches laitières, d’un poulailler de 5 500 m2 (poulets de chair) et d’un atelier de 1 300 lapines. Détour du côté de Rocquigny.

Sylvie Moreau (à g.) et Laurence Moreau (à dr.) assurent que sans problème sanitaire, l’élevage de lapins est l’atelier le plus rentable de l’exploitation.
Sylvie Moreau (à g.) et Laurence Moreau (à dr.) assurent que sans problème sanitaire, l’élevage de lapins est l’atelier le plus rentable de l’exploitation. 
© Gaétane Trichet

Sylvie Moreau et Laurence, sa belle-sœur, travaillaient dans des domaines bien différents de l’agriculture. Un licenciement a contraint Sylvie à réorienter sa carrière. La fille d’agriculteurs décide alors de reprendre des études agricoles et, avec son mari, elle réfléchit à une diversification sur l’exploitation. «Nous avons décidé de nous lancer dans l’élevage de lapins de chair en 2007.» Laurence, elle aussi à la recherche d’un renouveau professionnel, se lance dans l’aventure.

 

Un élevage très planifié

«Dans un bâtiment de 1 200 m2, chauffé l’hiver et climatisé l’été, nous produisons des lapins hybrides de souche Hycole, de Marcoing (59), une entreprise indépendante spécialisée dans la sélection de lapins reproducteurs depuis trente-cinq ans. Et pour la technicité, nous sommes suivis par un groupement», explique Sylvie. 1 300 femelles élèvent 8 600 lapereaux et 7 500 lapins sont en engraissement.

La cuniculture est une filière moderne avec tatouage et bouclage des lapins enregistré dans un pocket relié à un ordinateur. Tout est automatisé : la distribution d’aliments,  des pipettes d’eau, le système de raclage des crottes… Enfin presque. Car l’élevage de lapins nécessite une surveillance quotidienne. «Il y a beaucoup de manipulation. Il faut porter plus de mille lapins pour vérifier que tout va bien, les peser, les inséminer, séparer les petits des mères, etc.», précise Sylvie. Après trente-cinq jours passés aux côtés de leur mère, les lapereaux sont mis à l’engraissement. «Ils doivent atteindre 2,4 kg pour l’abattoir, à environ soixante-dix jours. Il faut donc surveiller les chétifs et freiner l’alimentation pour les plus gourmands», explique Laurence.

Le bâtiment est séparé en deux salles. C’est un turn-over. Les mères et les lapereaux sont dans une première salle, pendant que la deuxième sert à l’engraissement avant le vide sanitaire. Et inversement. «En moyenne, par mise bas,  une mère fait  11,7 lapereaux et 10,9 survivent. Le taux de mises bas atteint 86,7 %. Nous avons de bonnes mères», se félicitent-elles.

L’élevage, très réglementé, doit répondre à un cahier des charges précis, ce qui a permis aux lapins du Gaec des Hayettes d’être certifiés par l’Association interprofessionnelle du lapin des Hauts-de-France (AILHF). Depuis sa création, elle développe une dynamique auprès des partenaires essentiels de la filière cunicole, qui a permis à la région Nord de maintenir son potentiel de production et d’abattage et d’être aujourd’hui reconnue comme quatrième région de production nationale. Son objectif est d’organiser la filière cunicole régionale et surtout de faire connaître la qualité de la viande de lapin auprès des consommateurs.

 

La VHD, un virus destructeur

Ce qui inquiète fortement Sylvie et Laurence, c’est la VHD, la maladie hémorragique virale du lapin. «Nous faisons des vides sanitaires, nous désinfectons, nous passons par trois sas sanitaires, personne n’entre dans le bâtiment. Nous prenons toutes les précautions possibles. Et pourtant, cette maladie foudroyante a atteint nos animaux.» Ce virus, très contagieux et inoffensif pour l’homme, ne peut être ni soigné, ni traité. Le seul remède reste la vaccination en préventif, très onéreuse. «Trois ans de suite nos lapins ont contracté ce virus et les pertes ont été considérables, jusqu’à 50 % de l’élevage en engraissement.» L’élevage de lapins est aujourd’hui en sursis en cas de nouvelle attaque de VHD. «Et pourtant, l’atelier apportait la meilleure marge sur l’exploitation.» 

De nouvelles mesures dites de bien-être animal risquent encore de peser sur l’exploitation, avec la fin des cages pour mettre les lapins en parc. «Nous ne sommes pas contre, mais nous ne sommes pas équipés pour 1 300 femelles et les coûts seront trop exorbitants pour transformer le bâtiment», regrettent amèrement les deux belles-sœurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde