Aller au contenu principal

Syppre : des systèmes productifs, rentables et écologiques

Desherb’Avenir était l’occasion de présenter le projet Syppre, dont l’une des cinq déclinaisons est basée en Hauts-de-France, à Estrées-Mons. L’objectif : élaborer des systèmes de culture productifs, rentables et respectueux de l’environnement.

© D. R.



Mille enquêtes réalisées auprès d’agriculteurs de toute la France, cinq plateformes prospectives en France, co-conception des systèmes de culture étudiés avec des réseaux d’agriculteurs et d’acteurs locaux : voici le projet Syppre*. Inscrit jusqu’en 2025, il doit faire émerger «les systèmes de culture de demain, en alliant les sciences de l’agronomie et de l’écologie dans une approche de développement durable».
Et l’une des plateformes est samarienne, située à Estrée-Mons. Les objectifs du projet Syppre, en limons profonds de Picardie, sont de permettre à l’agriculteur de produire des matières premières alimentaires et de la biomasse, de qualité et en quantité, en préservant la fertilité des sols et en limitant la dépendance aux engrais azotés minéraux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Des atouts économiques sont largement ressortis. Le tissu agro-industriel de la région, notamment, permet de valoriser des cultures à haute valeur ajoutée. Au niveau agronomique, la pratique fréquente du labour et la diversité des espèces cultivées contribuent au contrôle des adventices et des bioagresseurs.
Mais des contraintes agronomiques ont aussi été soulevées. Les sols fragiles et les systèmes de culture avec faible restitution de matière organique, par exemple, entraînent des problématiques de battance, d’érosion et de fertilité chimique des sols. Les cultures à haute valeur ajoutée imposent aussi un haut niveau d’intrants et un temps de travail élevé. Enfin, les matériels agricoles utilisés augmentent les risques de tassement du sol.
La plateforme expérimentale d’Estrées-Mons s’étend sur 10 ha. Elle permet de tester un système témoin, qui correspond à un système de culture existant optimisé, ainsi qu’un système innovant prometteur. Chacune des cultures des deux systèmes est présente chaque année. Le dispositif compte 15 modalités, avec 3 répétitions pour chaque terme de la rotation, soit 45 parcelles.

Premières pistes
Des leviers clés ont déjà été révélés : la diversification des rotations ; l’introduction de légumineuses en culture principale, en culture associée et en interculture pour apporter de l’azote au système ; l’augmentation des durées de couverture du sol pour simplifier le travail du sol et favoriser la fertilité : l’uniformisation de l’écartement d’implantation pour utilisation des mêmes matériels sur plusieurs cultures ; l’introduction de culture de maïs pour augmenter la restitution de matière organique ; le choix de la culture suivante pour valoriser l’azote des légumineuses ; et la valorisation de l’interculture pour produire de la biomasse exportée ou restituée au sol.

* Syppre est animé par Arvalis-Institut du végétal, l’ITB et Terres Inovia.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde