Aller au contenu principal

Animaux
Taser ou étrangler son chien pourrait bientôt être interdit

Adoptée par l’Assemblée nationale le 16 janvier dernier, une proposition de loi (PPL) de la députée Corinne Vignon pour l’interdiction des colliers étrangleurs et électriques ne plaît pas à tout le monde.

Entre chasseurs, éleveurs, dresseurs de chiens, politique et association  de défense des animaux, l’utilité du collier de dressage ou électrique pour les animaux de compagnie n’est pas unanimement partagée.
Entre chasseurs, éleveurs, dresseurs de chiens, politique et association de défense des animaux, l’utilité du collier de dressage ou électrique pour les animaux de compagnie n’est pas unanimement partagée.
© Pixabay

Comme le Parlement français a interdit la fessée aux enfants depuis 2019 comme méthode éducative, le même Parlement pourrait prochainement interdire l’utilisation des colliers étrangleurs et électriques pour… les animaux de compagnie (chiens, chats). Le 16 janvier dernier, l’Assemblée nationale a en effet adopté en première lecture une proposition de loi visant à interdire «l’utilisation sur les chiens et les chats de tout dispositif à décharge électrique, étrangleur sans boucle d’arrêt ou dont les pointes sont tournées vers le corps de l’animal». Qu’on les appelle collier électrique, de rappel ou encore «de dressage», l’utilisation de ces instruments fait débat depuis de nombreuses années. 

Soutenue par la Fondation Brigitte Bardot

Portée par la députée Renaissance de Haute-Garonne Corinne Vignon, la proposition de loi a été déposée «en lien avec la Fondation Brigitte Bardot». Lors de sa présentation dans l’hémicycle, la députée Vignon, également présidente du groupe d’études «condition et bien-être des animaux» avait évoqué différents symptômes liés à l’utilisation de ces colliers : «brûlures», «perte de poils», «terreur», «paralysie». En résumé, pour l’élue, ces «colliers de dressage» ne sont «pas efficaces et contre-productifs». Une exception à leur interdiction serait toutefois maintenue : lorsqu’ils sont utilisés par les «services et unités des armées utilisateurs de chiens», ainsi que pour des «opérations de capture d’animaux dangereux et errant». 

Pour la Fondation Brigitte Bardot, l’adoption du texte par les députés est «une très belle étape franchie (…) qui nécessite désormais la confirmation par le vote du Sénat dans les prochains mois», qualifiant au passage les colliers de dressage comme «des colliers de torture». Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, a lui aussi salué l’adoption de la PPL en considérant qu’il s’agit d’«une avancée en faveur de la lutte contre la maltraitance animale», au moment où les «attentes sociétales sont de plus en plus fortes» en la matière. 

Protéger le chien

Avant que les sénateurs n’aient à se prononcer sur la proposition de la loi, la Fédération nationale des chasseurs (FNC) et son président ont adressé le 20 janvier une lettre ouverte aux parlementaires pour marquer leur opposition à une partie des dispositions du texte. Favorable à l’interdiction des colliers étrangleurs ou à pointes, Willy Schraen détaille dans un argumentaire de deux pages les raisons pour lesquelles l’interdiction des colliers dits «électriques» doit être reconsidérée : «Utilisé dans de bonnes conditions, cet outil est particulièrement précieux», assure-t-il. Pour le patron des chasseurs de France, le collier «électrique» ou «de dressage» serait utile pour «l’apprentissage des règles nécessaires à la chasse et à la vie au sein d’un foyer», rappelle qu’il en existe différents modèles, tout en reconnaissant «qu’une bonne éduction ne sera jamais remplacée par un collier». Enfin, poursuit M. Schraen, «les colliers électriques permettent de limiter les réactions spontanées du chien face à des distractions extérieures» avec, comme argument premier, celui de la sécurité du chien.

Pétition en ligne 

Éleveur et dresseur de chiens dans le département de l’Aube, Nicolas Collet a, de son côté, lancé une pétition en ligne il y a un peu plus d’une semaine pour tenter d’inverser la vapeur. Sur sa page Facebook, il dit «ne pas avoir vu arriver» la proposition de loi. Depuis, il tente de faire monter le nombre de signatures nécessaires à donner de la visibilité à son opposition à l’interdiction des colliers dits de «dressage».

Pour lui, «cette loi est portée par des mensonges grotesques» sur la maltraitance des animaux et l’éducation violente des animaux, comme le suppose le texte de loi. «On n’a jamais vu personne abandonner son chien d’arrêt parce qu’on lui mettait un collier pour l’empêcher de se faire renverser parce que nous chassions près d’une route», relève l’éleveur qui s’en prend «aux bobos qui vont porter plainte contre leur voisin parce que le chien de celui-ci aboyait».

En ce milieu de semaine, la pétition en ligne avait recueilli un peu plus de 2 700 signatures. Il lui en faudra sans aucun doute beaucoup plus pour faire revenir le parlement sur ce projet d’interdiction. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde