Aller au contenu principal

Témoignage : coupure de tronçons GPS et bas volume, le duo gagnant

Jacques Moutailler a été l’un des précurseurs du bas volume dans l’Oise il y a une quinzaine d’années. Avec les bons réglages de la coupure de tronçons par GPS sur son pulvé, il gère au plus près ses interventions phytosanitaires.

Jacques Moutailler a acquis le tout nouveau Meteor 6. Il gagne en précision et aussi en confort.
Jacques Moutailler a acquis le tout nouveau Meteor 6. Il gagne en précision et aussi en confort.
© D L-C



Installé sur seulement 25 hectares au départ, Jacques Moutailler cultive aujourd’hui 600 hectares, entre ses structures agricoles et celles travaillées en prestation ou à façon pour d’autres exploitants. Depuis plus de quinze ans, avec des collègues, il s’est lancé dans le bas volume et traite aujourd’hui à 65 l/ha.
«Notre objectif initial était de descendre à 40 /ha en fongicide contre 90 en conventionnel.»
Mais cela demande de se former et de viser des conditions de pulvérisation optimales : rosée, traiter entre 5h et 9h du matin,
65 % d’hygrométrie et utiliser des mouillants, du sulfate de magnésie pour permettre une meilleure assimilation des produits par la plante et, donc, une meilleure efficacité des produits à dose réduite.
Pour cela, Jacques Moutailler a toujours utilisé un traîné Evrard, de la série Meteor. Après le 4 et le 5, c’est un Meteor 6 acquis, en début de campagne, qui est à l’abri sous son hangar. «Les modèles précédents étaient à coupure manuelle et j’en étais satisfait. En revanche, il fallait faire vite pour appuyer sur les sept boutons correspondant aux sept tronçons de 4 m.» Maintenant, avec la coupure par GPS, tout est plus rapide. «En plus, la coupure se réalise par fermeture pneumatique, donc immédiatement. Je gagne en économie d’intrants, à condition de bien programmer la coupure, avec une faible distance de battement, pour limiter les croisements.»

Qualité des jets
Autres avantages de ce pulvérisateur acheté aux établissements Dachy (02), selon Jacques Moutailler : la possibilité de travail de nuit grâce à un éclairage Led performant, le lavage du pulvérisateur, cuve et rampe, déclenché depuis la cabine, sans avoir à descendre. Avec 3 000 ha traités par an, pourquoi ne pas avoir opté pour un automoteur ? Jacques Moutailler est équipé de tracteurs Fendt avec boîte Vario, «bien adaptés» à un pulvérisateur traîné. «Et puis, le prix d’un automoteur est presque celui d’un tracteur plus celui d’un pulvérisateur traîné. Autant garder un tracteur supplémentaire avec lequel on peut travailler et, en cas de panne du tracteur, il est facile d’atteler le pulvérisateur sur un autre», argumente l’agriculteur. Sans compter que, pour la santé du conducteur, il est sans doute préférable d’avoir la rampe arrière que frontale.
Finalement, Jacques Moutailler est satisfait de son choix : «Avec la coupure de tronçons par GPS, généralisée sur presque tous les modèles désormais, en effectuant les réglages les plus fins possible et en traitant en bas volume, je tire le meilleur parti de mon équipement et réduis mes intrants. La qualité du jet est primordiale pour avoir la bonne taille de gouttes et la meilleure efficacité des produits. Et donc réduire les doses, que ce soit en produits phytosanitaires ou en engrais liquide.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde