Aller au contenu principal

Témoignage de Francis Parmentier, maraîcher dans les hortillonnages

Un maraîcher des hortillons, quoi de mieux pour illustrer l’agriculture urbaine ? Francis Parmentier, l’un des sept encore en activité, témoigne.

Francis est l’un des sept derniers maraîchers des hortillons.
Francis est l’un des sept derniers maraîchers des hortillons.
© © A. P.



Une fable pour enfant conte que les garçons naissent dans les choux. Francis Parmentier s’amuse à assurer que, pour lui, c’est presque la réalité. «Dès les premiers jours de ma vie, mon berceau était posé au milieu d’une parcelle, dans notre hortillon* familial. Ma mère ne s’arrêtait de cueillir les radis que pour me donner à manger», livre-t-il.
Francis est aujourd’hui l’un des sept maraîchers professionnels - ils étaient un millier il y a encore quelques dizaines d’années - installés dans un hortillon. Le sien est composé de treize îlots, dont le plus petit fait 500 m2, pour une superficie totale de 2,5 ha. Un cadre idyllique, entre canaux et flore, nommé le Port à fumier, à Camon. Alors pourquoi si peu de professionnels ont-ils persisté ? «Les conditions particulières des hortillonnages rendent le travail physiquement très dur», avoue-t-il.
Pour 10 kg de marchandise, sept manipulations sont nécessaires, entre le chargement des plants dans la barque, la plantation, la récolte, le conditionnement, le chargement des légumes, le déchargement à nouveau… «Septembre, période la plus productive où nous récoltons trente à trente-cinq légumes différents, est le mois le plus éprouvant.» Seul l’hiver permet un peu de repos. Et encore… Le travail de défrichage se réalise lors de cette période creuse. Car les terres des hortillons sont aussi généreuses pour les légumes que pour les adventices. «Pour venir à bout des herbes, il faut se retrousser les manches jusqu’aux épaules», image Francis.
Ajoutez à cela les nuisibles qui prolifèrent dans les parcelles en friche, comme les pigeons et les poules d’eau, friands des pousses des hortillons. Cette année, les cultures de Francis ont aussi été victimes d’un épisode de grêle le 20 mai. «J’ai perdu 35 000 salades et mes serres de tomates ont été remplies de 20 cm d’eau.» Pour réparer les dégâts, le maraîcher a pu compter sur l’aide des voisins, qui espèrent bien voir l’activité perdurer.
Pour réduire la pénibilité au travail, Francis a pensé à la mécanisation. Il avait même fait construire une planteuse à salades transportable en barque et adaptée aux îlots. «Mais, seul, les recettes ne permettent pas d’amortir le coût d’une telle machine. Le fonctionnement type Cuma n’est pas non plus possible, car les fenêtres de météo pour planter ou récolter sont très petites. Nous avions tous besoin de la machine en même temps

Mécanisation impossible
Alors pour valoriser le travail, les maraîchers diversifient plutôt les modes de commercialisation. Marchés sur l’eau, du Col vert, Léon Blum… Des contrats sont aussi signés avec le supermarché E.Leclerc de Rivery et prochainement avec l’Intermarché de la Vallée des vignes, à Dury. Francis Parmentier, qui ne traite plus depuis quatre ans, espère enfin obtenir sa labellisation bio.
La préoccupation du professionnel se porte en ce moment sur l’installation de sa fille. Un projet coûteux puiqu’un hortillon se vend 6,50 e le m2, soit 65 000 e l’hectare. «Un hortillon viable économiquement doit être d’au moins 1,80 à 2 ha.» Amiens métropole, propriétaire d’une partie des hortillonnages, loue donc des parcelles pour aider les maraîchers.

* NB : les hortillonnages sont les 300 ha de parcelles et de canaux répartis dans les communes d’Amiens, Camon, Rivery et Longueau. Un hortillon est l’exploitation des maraîchers, composée de plusieurs îlots.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde