Aller au contenu principal

Témoignage de Francis Parmentier, maraîcher dans les hortillonnages

Un maraîcher des hortillons, quoi de mieux pour illustrer l’agriculture urbaine ? Francis Parmentier, l’un des sept encore en activité, témoigne.

Francis est l’un des sept derniers maraîchers des hortillons.
Francis est l’un des sept derniers maraîchers des hortillons.
© © A. P.



Une fable pour enfant conte que les garçons naissent dans les choux. Francis Parmentier s’amuse à assurer que, pour lui, c’est presque la réalité. «Dès les premiers jours de ma vie, mon berceau était posé au milieu d’une parcelle, dans notre hortillon* familial. Ma mère ne s’arrêtait de cueillir les radis que pour me donner à manger», livre-t-il.
Francis est aujourd’hui l’un des sept maraîchers professionnels - ils étaient un millier il y a encore quelques dizaines d’années - installés dans un hortillon. Le sien est composé de treize îlots, dont le plus petit fait 500 m2, pour une superficie totale de 2,5 ha. Un cadre idyllique, entre canaux et flore, nommé le Port à fumier, à Camon. Alors pourquoi si peu de professionnels ont-ils persisté ? «Les conditions particulières des hortillonnages rendent le travail physiquement très dur», avoue-t-il.
Pour 10 kg de marchandise, sept manipulations sont nécessaires, entre le chargement des plants dans la barque, la plantation, la récolte, le conditionnement, le chargement des légumes, le déchargement à nouveau… «Septembre, période la plus productive où nous récoltons trente à trente-cinq légumes différents, est le mois le plus éprouvant.» Seul l’hiver permet un peu de repos. Et encore… Le travail de défrichage se réalise lors de cette période creuse. Car les terres des hortillons sont aussi généreuses pour les légumes que pour les adventices. «Pour venir à bout des herbes, il faut se retrousser les manches jusqu’aux épaules», image Francis.
Ajoutez à cela les nuisibles qui prolifèrent dans les parcelles en friche, comme les pigeons et les poules d’eau, friands des pousses des hortillons. Cette année, les cultures de Francis ont aussi été victimes d’un épisode de grêle le 20 mai. «J’ai perdu 35 000 salades et mes serres de tomates ont été remplies de 20 cm d’eau.» Pour réparer les dégâts, le maraîcher a pu compter sur l’aide des voisins, qui espèrent bien voir l’activité perdurer.
Pour réduire la pénibilité au travail, Francis a pensé à la mécanisation. Il avait même fait construire une planteuse à salades transportable en barque et adaptée aux îlots. «Mais, seul, les recettes ne permettent pas d’amortir le coût d’une telle machine. Le fonctionnement type Cuma n’est pas non plus possible, car les fenêtres de météo pour planter ou récolter sont très petites. Nous avions tous besoin de la machine en même temps

Mécanisation impossible
Alors pour valoriser le travail, les maraîchers diversifient plutôt les modes de commercialisation. Marchés sur l’eau, du Col vert, Léon Blum… Des contrats sont aussi signés avec le supermarché E.Leclerc de Rivery et prochainement avec l’Intermarché de la Vallée des vignes, à Dury. Francis Parmentier, qui ne traite plus depuis quatre ans, espère enfin obtenir sa labellisation bio.
La préoccupation du professionnel se porte en ce moment sur l’installation de sa fille. Un projet coûteux puiqu’un hortillon se vend 6,50 e le m2, soit 65 000 e l’hectare. «Un hortillon viable économiquement doit être d’au moins 1,80 à 2 ha.» Amiens métropole, propriétaire d’une partie des hortillonnages, loue donc des parcelles pour aider les maraîchers.

* NB : les hortillonnages sont les 300 ha de parcelles et de canaux répartis dans les communes d’Amiens, Camon, Rivery et Longueau. Un hortillon est l’exploitation des maraîchers, composée de plusieurs îlots.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde