Aller au contenu principal

Témoignage d'éleveurs en ZH :«Nous conduisons nos prairies en extensif»

Les vaches allaitantes d’Alain et Isabelle Gosset pâturent dans les prairies humides de la plaine maritime picarde de mai à novembre. Une conduite particulière qu’ils ont appris à gérer.

Sans élevage, Alain et Isabelle Gosset ne pourraient rien faire des 100 ha de prairies, dont la moitié en zones humides, qu’ils exploitent.
Sans élevage, Alain et Isabelle Gosset ne pourraient rien faire des 100 ha de prairies, dont la moitié en zones humides, qu’ils exploitent.
© A. P.

«On a toujours été plus éleveurs que polyculteurs», confient Isabelle et Alain Gosset. Mari et femme sont associés du Gaec de la Grande rue, à Saint-Blimont, en plaine maritime. 280 ha en tout, une petite centaine de Blondes d’Aquitaine, élevées à la ferme depuis deux générations et, depuis deux ans et l’installation d’Isabelle, une quarantaine de laitières, dans un deuxième site, à Meneslie. «Sans élevage, nous ne pourrions rien faire des 100 ha de prairies, dont la moitié en zones humides (à Noyelles-sur-Mer, à Onival, et dans les marais de Lanchères, à Cayeux-sur-Mer, ndlr), que nous exploitons», ajoutent-t-ils.
Les allaitantes valorisent ces parcelles du 1er mai à mi-novembre, selon les conditions météorologiques. «C’est la principale contrainte des zones humides, assure Alain. Les pâtures ne sont parfois pas assez ressuyées pour y mettre des bêtes.» Des contraintes, l’éleveur en énumère d’autres. Une partie des terres est en MAE (Mesures agroenvironnementales) depuis quatre ans.  Une autre est exploitée sous convention avec le Conservatoire du littoral. «Cela implique une coupe tardive dans les surfaces fourragères, après le 25 juin, donc nous ne réalisons qu’une coupe de foin au lieu de deux ailleurs. Dans les prairies, le chargement est limité, entre 0,5 et 1,5 UGB. L’entretien des fossés doit être assuré. Aucun engrais, n’est toléré…» L’herbe semble s’y plaire, malgré quelques problèmes de résistances des joncs.
Mais Alain relativise : «Même en conduite classique, on sait que ces prairies ne seraient jamais montées à 3 UGB/ha.» A cela s’ajoute un prix de location assez bas avec le Conservatoire du littoral, et une compensation financière intéressante pour les MAE. Les agriculteurs se sont aussi rendus compte que l’entretien était bénéfique pour les sols. «Le raisonnement est là : il s’agit de conduire ces prairies en extensif», assure Alain.
Une conduite qui, il le pense, pourra permettre d’exploiter ces parcelles le plus longtemps possible. Car Arthur, leur fils de vingt ans, aimerait prendre la relève de ses parents dans quelques années. Son avenir, les parents le voit dans la diversification, avec la mise en place de vente directe à la ferme. «C’est dans cette idée que nous avons investi dans les laitières. Nous voulions diversifier les productions, et nous avons pour projet de diversifier la commercialisation», confie Isabelle. Atelier de transformation du lait, vente de caissettes de viande, étals aux marchés du secteur et magasin à la ferme…
Pour ce projet, la localisation en plaine maritime picarde est un atout. «L’étude de marché réalisée avec la chambre d’agriculture s’est avérée positive. La zone est attractive pour les touristes.» De l’herbe des prairies humides, cibles des appareils photos des promeneurs, à la dégustation des produits locaux que cette même herbe a participé à créer, la boucle sera bouclée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde