Aller au contenu principal

Tereos 2013-2014 : un bon millésime malgré la chute des prix

Le groupe a compensé la baisse des prix par la hausse des volumes.

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe Tereos a atteint 4,7 milliards d’euros pour l’exercice 2013-2014, en recul de 5 % par rapport à l’année précédente. Le résultat opérationnel s’est établi à 691 millions d’euros, également en retrait. Comme d’ailleurs le résultat net à 176 millions d’euros après un exercice, 2012-2013, record. Ces résultats, du moins sur le chiffre d’affaires, sont la conséquence d’un environnement économique dégradé sur les marchés des matières premières. Ainsi, le prix du sucre à l’international a reculé de 15 % par rapport à l’exercice précédent. Idem pour ceux de l’éthanol en forte baisse depuis l’été 2013. Quant au cours des céréales, devenus très volatils, ils ont pesé sur les marges de transformation.
En fait, Tereos a compensé en partie l’érosion des prix par la hausse des volumes traités en Europe et au Brésil et le développement de la production de produits amylacés en Asie du Sud-Est.

Hausse des surfaces de betteraves
Pour l’exercice 2014-2015, Tereos devrait bénéficier d’une augmentation des surfaces plantées en betteraves. La mise en place d’un mode de réception simplifié des betteraves ainsi que de nouveaux systèmes pour encourager l’amélioration de la qualité (réduction de la tare terre, nouveau barème richesse) seront étendus à l’ensemble des sucreries en 2014. Tereos prévoit également d’allonger les durées de campagne pour améliorer la rentabilité de ses outils industriels. L’objectif étant de parvenir à 130 jours en 2017.
Le groupe va poursuivre son programme d’investissements pour réduire ses consommations d’énergie et ses émissions de CO2 grâce au remplacement progressif du fuel par le gaz et le démarrage d’une unité de méthanisation des vinasses sur le site d’Artenay dans le Loiret.
Tereos entend également conforter son positionnement sur l’amidon dont le marché est en forte expansion, notamment dans les pays émergents. Ainsi, en France, la coopérative féculière d’Haussimont a rejoint Tereos, ce qui devrait stimuler l’augmentation des surfaces consacrées aux pommes de terre. A l’étranger, le groupe a acquis une deuxième amidonnerie de maïs en Chine où il devrait achever, au cours de l’exercice 2014-2015, la construction d’une nouvelle amidonnerie de blé. Et il a annoncé une nouvelle implantation en Indonésie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde