Aller au contenu principal

Tereos 2013-2014 : un bon millésime malgré la chute des prix

Le groupe a compensé la baisse des prix par la hausse des volumes.

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe Tereos a atteint 4,7 milliards d’euros pour l’exercice 2013-2014, en recul de 5 % par rapport à l’année précédente. Le résultat opérationnel s’est établi à 691 millions d’euros, également en retrait. Comme d’ailleurs le résultat net à 176 millions d’euros après un exercice, 2012-2013, record. Ces résultats, du moins sur le chiffre d’affaires, sont la conséquence d’un environnement économique dégradé sur les marchés des matières premières. Ainsi, le prix du sucre à l’international a reculé de 15 % par rapport à l’exercice précédent. Idem pour ceux de l’éthanol en forte baisse depuis l’été 2013. Quant au cours des céréales, devenus très volatils, ils ont pesé sur les marges de transformation.
En fait, Tereos a compensé en partie l’érosion des prix par la hausse des volumes traités en Europe et au Brésil et le développement de la production de produits amylacés en Asie du Sud-Est.

Hausse des surfaces de betteraves
Pour l’exercice 2014-2015, Tereos devrait bénéficier d’une augmentation des surfaces plantées en betteraves. La mise en place d’un mode de réception simplifié des betteraves ainsi que de nouveaux systèmes pour encourager l’amélioration de la qualité (réduction de la tare terre, nouveau barème richesse) seront étendus à l’ensemble des sucreries en 2014. Tereos prévoit également d’allonger les durées de campagne pour améliorer la rentabilité de ses outils industriels. L’objectif étant de parvenir à 130 jours en 2017.
Le groupe va poursuivre son programme d’investissements pour réduire ses consommations d’énergie et ses émissions de CO2 grâce au remplacement progressif du fuel par le gaz et le démarrage d’une unité de méthanisation des vinasses sur le site d’Artenay dans le Loiret.
Tereos entend également conforter son positionnement sur l’amidon dont le marché est en forte expansion, notamment dans les pays émergents. Ainsi, en France, la coopérative féculière d’Haussimont a rejoint Tereos, ce qui devrait stimuler l’augmentation des surfaces consacrées aux pommes de terre. A l’étranger, le groupe a acquis une deuxième amidonnerie de maïs en Chine où il devrait achever, au cours de l’exercice 2014-2015, la construction d’une nouvelle amidonnerie de blé. Et il a annoncé une nouvelle implantation en Indonésie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde