Aller au contenu principal

Tereos 2013-2014 : un bon millésime malgré la chute des prix

Le groupe a compensé la baisse des prix par la hausse des volumes.

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe Tereos a atteint 4,7 milliards d’euros pour l’exercice 2013-2014, en recul de 5 % par rapport à l’année précédente. Le résultat opérationnel s’est établi à 691 millions d’euros, également en retrait. Comme d’ailleurs le résultat net à 176 millions d’euros après un exercice, 2012-2013, record. Ces résultats, du moins sur le chiffre d’affaires, sont la conséquence d’un environnement économique dégradé sur les marchés des matières premières. Ainsi, le prix du sucre à l’international a reculé de 15 % par rapport à l’exercice précédent. Idem pour ceux de l’éthanol en forte baisse depuis l’été 2013. Quant au cours des céréales, devenus très volatils, ils ont pesé sur les marges de transformation.
En fait, Tereos a compensé en partie l’érosion des prix par la hausse des volumes traités en Europe et au Brésil et le développement de la production de produits amylacés en Asie du Sud-Est.

Hausse des surfaces de betteraves
Pour l’exercice 2014-2015, Tereos devrait bénéficier d’une augmentation des surfaces plantées en betteraves. La mise en place d’un mode de réception simplifié des betteraves ainsi que de nouveaux systèmes pour encourager l’amélioration de la qualité (réduction de la tare terre, nouveau barème richesse) seront étendus à l’ensemble des sucreries en 2014. Tereos prévoit également d’allonger les durées de campagne pour améliorer la rentabilité de ses outils industriels. L’objectif étant de parvenir à 130 jours en 2017.
Le groupe va poursuivre son programme d’investissements pour réduire ses consommations d’énergie et ses émissions de CO2 grâce au remplacement progressif du fuel par le gaz et le démarrage d’une unité de méthanisation des vinasses sur le site d’Artenay dans le Loiret.
Tereos entend également conforter son positionnement sur l’amidon dont le marché est en forte expansion, notamment dans les pays émergents. Ainsi, en France, la coopérative féculière d’Haussimont a rejoint Tereos, ce qui devrait stimuler l’augmentation des surfaces consacrées aux pommes de terre. A l’étranger, le groupe a acquis une deuxième amidonnerie de maïs en Chine où il devrait achever, au cours de l’exercice 2014-2015, la construction d’une nouvelle amidonnerie de blé. Et il a annoncé une nouvelle implantation en Indonésie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde