Aller au contenu principal

Tereos booste sa filière betteraves bio

2019 était une campagne test, 2020 est celle du développement : dès octobre, 500 ha de betteraves bio seront arrachées puis transformées à la sucrerie d’Attin (62).

Le principal enjeu des betteraves bio est la gestion de l’enherbement.
Le principal enjeu des betteraves bio est la gestion de l’enherbement.
© G. Omnès



Du sucre bio ? Oui mais du sucre bio de betteraves cultivées localement. Pour la deuxième année, Tereos accompagne des agriculteurs partenaires dans la culture de betteraves bio. «La France est le deuxième pays européen consommateur de produits bio, derrière l’Allemagne. Il y a une vraie demande en sucre bio de la part des consommateurs, et donc des industriels, et nous voulons y répondre», explique Laura Loffler, responsable du développement de l’activité bio au sein du groupe. Cette nouvelle activité faisait de Tereros, l’année dernière, la première sucrerie française à produire du sucre de betterave bio (Cristal Union produit cette année 1 000 ha de betteraves bio, ndlr), «et nous en sommes très fiers».
Concrètement, 200 ha ont été récoltés lors de la précédente campagne, et 500 ha répartis dans toute la zone d’approvisionnement de Tereos, cultivés par une soixantaine d’agriculteurs, le seront cette année. Arrachage prévu en octobre, «pour favoriser la rentabilité de la culture». «L’année dernière, le sucre, transformé à l’usine d’Attin (62) était à destination des industriels, précise Laura Loffler. Cette année, nous lançons deux nouvelles gammes : du sucre en petit conditionnement à destination du consommateur final, et de l’alcool bio, qui sera produit dans notre distillerie d’Artenay (45).» Pour les usines, la filière bio nécessite une organisation particulière : «Nous devons tout nettoyer avant l’arrivée des betteraves bio, et les traiter à part pour respecter les règles du cahier des charges.»

Entre 20 et 75 t à 16°
Pour les planteurs également, la toute nouvelle culture est délicate. Il s’agit d’agriculteurs bio, pas forcément coopérateurs à la base, mais qui disposent d’au moins 2 ha pour produire. Le challenge a notamment intéressé Jean-Michel et Nathanael Dransart, installés à Gouy-Saint-André, qui ont débuté leur conversion bio en 2012. «Nous faisions déjà des betteraves en conventionnel, témoigne Nathanael Dransart. Avec la conversion des dernières parcelles l’année dernière, nous avons voulu tenter les betteraves bios, même si on sait qu’elle peut poser problème
«Avec des rendements qui ont oscillé entre 20 et 75 t à 16°, nous sommes conscients de la difficulté de produire de la betterave bio», ajoute Xavier Dupuis, chef de projet agricole chez Tereos. Principal enjeu : la gestion de l’enherbement. «Pour cela, nous utilisons des combinaisons d’outils de désherbage, puis le manuel prend le relais. Nous procédons aussi à des essais agronomiques, comme la fertilisation, les variétés, la densité de semis…» La gestion des pucerons, très présents cette année, est également délicate. «Les betteraves bio sont semées plus tardivement, quand les auxiliaires sont présents, note Xavier Dupuis. Nous disposons aussi de produits de biocontrôle. Mais nous ne pouvons pas éviter les problèmes de jaunisse.»
L’accompagnement est plus que de mise : groupes WhatsApp, visites de parcelles, groupes d’échanges entre planteurs bio… «Nous fonctionnons différemment qu’en conventionnel, explique Jean-Michel Dransart. Nous avons un référent qui nous suit personnellement. C’est rassurant.»

Quelle rentabilité ?
Quant à la rentabilité : «nous n’avons pas d’historique, alors l’estimation est compliquée, confie Nathanael Dransart. Tout dépendra de la récolte, des taux de sucre et du rendement. Mais nous savons déjà que nous avons un nombre d’heures de désherbage à l’hectare assez conséquent !» Pour donner une visibilité aux planteurs bio, Tereos annonce un prix de base de 80 €/t, plus 200 €/ha pour couvrir les aléas de rendement, ainsi qu’une valorisation selon le prix de vente du sucre bio. L’objectif, pour l’année prochaine, est de poursuivre le développement de cette filière porteuse.


M. S. Lesne : «la fierté de la Région»

«De plus en plus de ménages veulent consommer du bio. Alors qu’un acteur régional comme Tereos se lance dans une filière bio fait la fierté de la Région», se réjouit Marie-Sophie Lesne, vice-présidente en charge de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et la bio-économie de la Région Hauts-de-France. L’élue rappelle que «l’opportunité économique crée l’engagement». Pour booster cette attractivité, elle rappelle que la Région soutient la conversion des exploitations en agriculture biologique (à travers notamment du Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles, de l’aide à la multifonctionnalité, à l’agroforesterie, aux aides aux investissement et à la valeur ajoutée pour le versant picard et au pass Agri filières).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde