Aller au contenu principal

Tereos : c'est reparti pour un tour de justice

Tereos ne reconnaît pas la validité de la pétition. L'ADCT a déposé, ce mercredi 23 janvier, un nouveau référé.

Tereos dit regretter la rupture unilatérale des discussions par l'ADCT et l'ouverture d'un nouveau contentieux au tribunal
Tereos dit regretter la rupture unilatérale des discussions par l'ADCT et l'ouverture d'un nouveau contentieux au tribunal
© Jean-Claude Gutner

C'est un peu une histoire sans fin. On croyait que les planteurs «dissidents» et la direction de Tereos avaient trouvé un terrain d'entente, le 7 janvier dernier, sur le contrôle de la pétition, que les premiers, réunis au sein de l'Association de défense des coopérateurs de Tereos (ADCT), avaient lancé afin de demander la convocation d'une assemblée générale pour désigner une nouvelle gouvernance.

Le principe de contrôle ? La vérification de l'intégralité de la pétition serait réalisée par des huissiers en toute confidentialité, sans qu'aucun nom de signataire ou confirmation d'attestation ne soit communiqué ni à Tereos, ni à l'ADCT. Aucun souci de part et d'autre. Mais, là où le bât blesse, c'est que Tereos a ajouté un second étage à la «fusée», soit «qu'une demande écrite d'attestation soit envoyée aux pétitionnaires dans un délai de quinze jours confidentiellement aux huissiers, pour remédier au problème des signatures non vérifiables». Toute absence de réponse sera équivalent au retrait de sa signature.

La messe est dite ?

Pour Xavier Laude, exclu du conseil de surveillance de Tereos et membre de l'ADCT, «la messe est dite. En procédant de la sorte, la pétition est morte avant même que l'on ne commence à compter, puisqu'il est évident que tout le monde ne répondra pas au courrier. Nous, nous proposions l'inverse, soit que les destinataires répondent que s'ils ne sont plus d'accord avec la pétition. Nous n'avons pas été entendus».

L'ADCT a décidé, le 23 janvier, de saisir de nouveau le tribunal administratif pour que les modalités de vérification de la pétition soient de nouveau tranchées. L'association demande également au tribunal, dans l'hypothèse où sa pétition franchirait le seuil d'un cinquième visé par les statuts de Tereos, soit 2 400 associés coopérateurs, d'enjoindre Tereos à convoquer les assemblées de section et l'assemblée générale dans le respect du délai prévu par les statuts.

«Ne pas faire signer la pétition deux fois, cela, on le comprend. Mais nous avons fait beaucoup d'efforts pour trouver un accord sur les modalités de vérification. Nous avons la certitude que cette voie juridique, dans laquelle s'engage de nouveau l'ADCT, ne mènera nulle part, car toute décision du tribunal peut faire l'objet d'un appel. Ce que nous ferons. Tout cela peut durer des mois, et nous n'en avons pas dans un contexte de crise sucrière virulente», commente le porte-parole de Tereos.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde