Aller au contenu principal

Tereos et Cristal Union répondent à la pénurie de gel hydro-alcoolique

Quel est le point commun entre les sociétés Pernod-Ricard, Tereos et Cristal Union ? Toutes les trois ont annoncé au cours des dernières 48 heures leur intention de fournir de l'alcool pour contribuer à la fabrication de gel hydroalcoolique.

Trouver du gel hydro-alcoolique n'est pas simple en raison d'une forte demande et des fabrications tendues.
Trouver du gel hydro-alcoolique n'est pas simple en raison d'une forte demande et des fabrications tendues.
© V.F.

Parmi les gestes « barrière » qui doivent permettre de ralentir la progression du virus Covid-19, se laver les mains très régulièrement avec du savon ou un gel hydro-alcoolique apparaît en premier. Mais dans bon nombre de points de vente, dont les pharmacies, trouver un simple flacon de ce gel hydro-alcoolique tient du parcours du combattant depuis plusieurs jours.

Pour répondre à la pénurie, plusieurs entreprises françaises ont annoncé au cours des 48 dernières heures leur intention de fournir de l'alcool éthylique à des laboratoires pour fabriquer du gel hydroalcoolique. Le week-end dernier, c'est le groupe de luxe LVMH qui avait ouvert la voie en annonçant que ses ateliers de fabrication de parfums allaient se lancer dans la fabrication de gel hydro-alcoolique.

Pernod-Ricard offre 70 000 litres

Le groupe Pernod-Ricard (spiritueux) a ainsi annoncé mercredi 18 mars offrir quelque 70 000 litres d’alcool pur au laboratoire Cooper, le « premier fournisseur de gels hydroalcooliques en pharmacie ». Ce don doit permettre la fabrication d’environ 1,8 million de flacons individuels de 50 ml ».

La veille, mardi 17 mars, c'est le groupe sucrier Cristal Union qui déclarait « mettre à l’arrêt la production de bioéthanol à la distillerie d’Arcis-sur-Aube pour se réorienter vers l’alcool éthylique à destination de l’industrie pharmaceutique et des biotechnologies ». La production de bioéthanol devait quant à elle se poursuivre dans l'usine de Cristanol de Bazancourt, dans la Marne, « en moindre proportion ».

Tereos produit 10 à 11 000 litres d'alcool par semaine

Le 18 mars, c'était au tour d'une autre coopérative agricole, Tereos, d'annoncer l'engagement de cinq de ses usines - Artenay (Loiret), Origny-Sainte-Benoite (Aisne), Lillers (Pas-de-Calais), Morains (Marne) et Nesle (Somme) - dans la fabrication d'alcool pharmaceutique. D'après le groupe, la production a « déjà démarré sur un premier site et sera mise à la disposition gratuitement des Agences régionales de santé et des hôpitaux des régions proches, qui connaissent des situations très critiques ». Les cinq usines « disposent du savoir-faire nécessaire à la fabrication d’alcool pharmaceutique et de capacités importantes » indique Tereos, qui revendique d'être le premier producteur d’alcool en France. Le volume prévu est de 10 à 11 000 litres/semaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde