Aller au contenu principal

Tereos : nouvel épisode de la crise au sein du groupe sucrier

Les betteraviers exclus de Tereos vont déposer, le 8 novembre, un référé auprès du tribunal de Saint-Quentin.

© D. R.

Le conflit qui déchire Tereos depuis des mois connaît un nouveau rebondissement. Après avoir déposé, le 6 novembre, auprès du Haut conseil de la coopération, plus de 2 400 signatures de planteurs, soit plus un cinquième des associés coopérateurs demandant la convocation immédiate des assemblées de sections et d'une assemblée générale de Tereos, les betteraviers exclus de Tereos en août dernier ont décidé de passer également par la case tribunal.

Jeudi 8 novembre, ils déposeront un référé auprès du tribunal de Saint-Quentin pour contester la validité de l'assemblée générale de Tereos, qui s'est tenue le 27 juin dernier. Selon eux, le règlement intérieur ne serait pas conforme aux statuts de la coopérative et à ceux du Code rural. Trois points ont été pointés : la représentation des délégués, la transmission des pouvoirs entre délégués et le nombre insuffisant des représentants de la région Nord Littoral au vu des tonnages produits.

Ce qu'ils contestent

Pour ce qui est du premier point, «dans le règlement intérieur, il est prévu que chaque région envoie un nombre prédéterminé de délégués à l'assemblée générale. Or, dans une coopération à sections, comme la nôtre, chaque section envoie un certain nombre de délégués qui ne peut être que proportionnel aux présents ou représentés aux assemblées de régions», explique Xavier Laude, qui fait partie des trois betteraviers exclus de la coopérative. Traduction : le nombre ne peut être prédéterminé. Conséquence : la règle n'a pas été respectée et les équilibres de représentativité en auraient été bouleversés.

Autre point, quand un délégué est absent, il peut donner son pouvoir à un autre, mais de la même région que lui. «Or, des pouvoirs ont été transmis à des délégués d'autres régions», indique Xavier Laude. Enfin, le conseil de région Nord Littoral n'a pas eu le nombre de délégués demandés, soit vingt-huit au lieu de dix-huit. Le résultat du référé devrait tomber à la fin du mois ou, au plus tard, en décembre. Suite au prochain numéro.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde