Aller au contenu principal

Coopération
Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»

Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle, fière d’annoncer qu’elle est sur la voie d’une meilleure compétitivité. Bilan, perspectives et prix payés aux coopérateurs ont été abordés.

Ludwig de Mot, nouveau président du directoire, a pour mission de désendetter le groupe.
© A. P.

«Nous ne voulons pas vendre de rêve en avançant des prix pour la campagne à venir. Il y a un an, nous n’aurions jamais osé annoncer 28,27 €/t de betteraves à 16° pour la campagne 2021-2022», répond Gérard Clay, président du conseil de surveillance de Tereos, à la question de la rémunération des betteraves qui seront arrachées dès cet automne. Néanmoins, les planteurs coopérateurs peuvent se faire une idée de ce qui leur sera reversé. «Nous pouvons assurer que nous paierons au moins autant que nos concurrents français, sinon plus.» Pour rappel, Saint Louis sucre a annoncé un prix moyen de la betterave contractée d'au moins 33 €/t à 16° betteraves entières pulpes et indemnités incluses, soit un équivalent de 35,50 €/t à 16° minimum en forfait collet. Cristal Union, qui avait d’abord tablé sur 30 €/t à 16°, a finalement rectifié que ce serait «certainement bien plus».

Ce 9 juin, en conférence de presse à Paris, le groupe affiche sa confiance en l’avenir. «Les premiers effets positifs du virage stratégique que nous avons engagé en décembre 2020 se font clairement sentir», se félicite Gwenaël Elies, en charge des finances du groupe. + 18 % de chiffres d’affaires, avec plus de 5 Md€ au compteur, un EBE en progression de 47 %, un résultat net positif de 172 M€ «solidement ancré dans le vert», et une dette en baisse, à 2,39 milliards, contre 2,53 milliards un an plus tôt. Voilà pour les principaux chiffres. Les efforts ne s’arrêteront pas là. «Nous voulons bâtir une culture de la performance», répète à plusieurs reprise Ludwig de Mot, nouveau président du directoire. Objectif réduction de la dette à moins de 2 milliards d'euros en 2024 oblige.

 

Du ménage a été fait

 

Ces meilleurs résultats sont dus à un gros travail de «réorganisation», dont l’objectif annoncé est double : restaurer la solidité financière du groupe, et mieux rémunérer ses coopérateurs. Un plan stratégique est défini jusqu’en 2024. Il s’agira après cette date d’un retour à la croissance. Tereos a tout d’abord changé de stratégie, en ne misant plus sur le volume mais sur la valeur. Le groupe s’est ensuite séparé de ses «activités non stratégiques». Trois sites sont cédés : un site d’amidon en Chine, un site de sucre en Roumanie, et un autre au Mozambique. De telles fermetures pourraient-elles être envisagées en France ? «Toutes les options sont ouvertes. On ne peut pas se refuser des sites industriels s’ils ne sont pas performants», acquiesce Gwenaël Elies. «En bon père de famille, il nous faut envisager toutes les options», ajoute Gérard Clay. Aucune annonce précise cependant.

 

Un nouveau mode de gouvernance

 

Pour cette gestion, Tereos mise aussi sur son nouveau mode de gouvernance. «Le monde coopératif n’a pas été assez innovant pour s’adapter au contexte. Aujourd’hui, nous proposons des pistes d’évolution», note Gérard Clay. Fini, donc, le conseil de surveillance pour gérer l’ensemble entreprise-coopérateurs. Ces deux entités sont désormais scindées : un conseil d’administration constitué de neuf membres, épaulé par deux membres indépendants pour la gestion de l’entreprise, et un conseil coopératif composé de quinze à dix-huit membres, «qui s’appuiera sur les conseils de région pour assurer le lien avec les coopérateurs».

 

Les clients du sucre bio et HVE ne sont pas au rendez-vous

 

Dans ce plan stratégique de Tereos, l’action environnementale tient une place importante. «Nos planteurs sont les premiers concernés par le réchauffement climatique», avoue Ludwig de Mot. Parmi ses «ambitions de développement durable d’ici à 2030», figurent la décarbonation des sites industriels, l’optimisation de leur consommation d’eau, la certification «durable» des matières premières… Les planteurs sont pleinement intégrés à ces objectifs en dotant 100 % des filiales d’un projet de biodiversité. Sur la base du volontariat, chacun est invité à réaliser un diagnostic carbone de son exploitation. Les betteraves bio et HVE dans tout cela ? «Nous étions à 750 ha de betteraves bio en 2021, et 1 000 ha ont été emblavés en 2022.» La filière manque cruellement de demandes. Les betteraves HVE, elles, progressent encore plus lentement. «Dans les deux cas, les clients ne sont pas au rendez-vous

 

Un contexte instable
Dans son objectif d’amélioration de ses chiffres, Tereos doit naviguer dans un contexte «très instable» avec une «forte volatilité des prix». «Ceux de l’énergie – principalement du gaz – ont été multiplié par quatre ou cinq. Nous devons aussi encaisser une hausse des coûts du blé, du maïs et des transports qui ont un effet direct sur celui de l’amidon», précise Gérard Clay. Pour les coopérateur, les charges d’intrants sont aussi de plus en plus lourdes. La multiplication avec l’inflation générale, et les ménages qui font de plus en plus attention à leurs dépenses, n’arrange rien. Enfin, le contexte betteravier est lui aussi incertain. Le changement climatique, la concurrence d’autres cultures, et l’interdiction des NNI qui rapproche, même si la betterave dispose d’une dérogation, poussent des planteurs à réduire leurs surfaces. «Un enquête menée auprès de nos coopérateurs sur leurs intentions révèle que leur nombre doit rester stable, mais les surfaces pourraient diminuer de 10 %. Au moins, nous savons où nous allons.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde