Aller au contenu principal

Tereos précise son prix de campagne 2020/2021

Le groupe coopératif Tereos garantit un prix minimum de 24,50 euros par tonne de betteraves pour la campagne 2020-2021 auquel pourraient s'ajouter des primes et indemnités de campagne.

Les 9 usines du groupe Tereos, dont Boiry (62), sont actuellement toutes entrées en production, avec un décalage dans le calendrier destiné à compenser l'effet jaunisse.
Les 9 usines du groupe Tereos, dont Boiry (62), sont actuellement toutes entrées en production, avec un décalage dans le calendrier destiné à compenser l'effet jaunisse.
© Tereos

Entre sécheresse et jaunisse virale, la campagne sucrière en France se déroule cette année dans un contexte « défavorable ». Ce constat, c'est celui que dresse la coopérative Tereos alors que chacune de ses 9 usines sont entrées en production. Compte tenu de ces conditions, et malgré des démarrages d'usines retardés pour favoriser la croissance, les volumes de betteraves à transformer devraient accuser une baisse de 9% pour le groupe.

En parallèle à la question du rendement, c'est aussi celle du prix qui ne manque pas d'interroger un certain nombre de producteurs adhérents. Pour Tereos, qui rappelle l'application des règles de la coopérative, la rémunération minimum des betteraves contractualisées pour la campagne 2020/21 est de 24,50 euros par tonne. Ce prix s'entend pour des betteraves livrées « à 16, prix d’acompte, primes d’engagement, dividendes et intérêt aux parts compris ». « A cette rémunération s’ajouteront les primes et indemnités de campagne, qui à titre indicatif ont représenté en moyenne 1,2 euros par tonne et par campagne depuis 2017 », poursuit la coopérative.

Les mêmes surfaces en 2021 ?

Qu'en sera-t-il ensuite des semis pour la campagne 2021-2022 ? Alors que certains planteurs évoquaient il y a encore quelques jours un abandon de la culture de betteraves en l'absence de solution pour les protéger du puceron et de la jaunisse, le vote des députés le 6 octobre permettant un retour temporaire et de manière encadrée des néonicotinoïdes a levé certains doutes.

Tereos dit ainsi « accueillir avec satisfaction le vote favorable de l’Assemblée Nationale du projet de loi porté le ministre de l’Agriculture de l’Alimentation », rappelant qu'il s'agit de « la seule solution aujourd’hui viable pour les agriculteurs afin de contrôler le virus de la jaunisse de la betterave, et ainsi permettre la pérennité de cette activité en France ».

Dans le même temps, elle appelle ses coopérateurs à « maintenir leurs surfaces betteravières au même niveau que celles de la campagne en cours ». Ses raisons d'y croire ? « Des conditions favorables de marché en Europe, portées par un déficit attendu du marché européen et un redressement des cours mondiaux », expliquait le 9 octobre l'entreprise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde