Aller au contenu principal

Tereos précise son prix de campagne 2020/2021

Le groupe coopératif Tereos garantit un prix minimum de 24,50 euros par tonne de betteraves pour la campagne 2020-2021 auquel pourraient s'ajouter des primes et indemnités de campagne.

Les 9 usines du groupe Tereos, dont Boiry (62), sont actuellement toutes entrées en production, avec un décalage dans le calendrier destiné à compenser l'effet jaunisse.
Les 9 usines du groupe Tereos, dont Boiry (62), sont actuellement toutes entrées en production, avec un décalage dans le calendrier destiné à compenser l'effet jaunisse.
© Tereos

Entre sécheresse et jaunisse virale, la campagne sucrière en France se déroule cette année dans un contexte « défavorable ». Ce constat, c'est celui que dresse la coopérative Tereos alors que chacune de ses 9 usines sont entrées en production. Compte tenu de ces conditions, et malgré des démarrages d'usines retardés pour favoriser la croissance, les volumes de betteraves à transformer devraient accuser une baisse de 9% pour le groupe.

En parallèle à la question du rendement, c'est aussi celle du prix qui ne manque pas d'interroger un certain nombre de producteurs adhérents. Pour Tereos, qui rappelle l'application des règles de la coopérative, la rémunération minimum des betteraves contractualisées pour la campagne 2020/21 est de 24,50 euros par tonne. Ce prix s'entend pour des betteraves livrées « à 16, prix d’acompte, primes d’engagement, dividendes et intérêt aux parts compris ». « A cette rémunération s’ajouteront les primes et indemnités de campagne, qui à titre indicatif ont représenté en moyenne 1,2 euros par tonne et par campagne depuis 2017 », poursuit la coopérative.

Les mêmes surfaces en 2021 ?

Qu'en sera-t-il ensuite des semis pour la campagne 2021-2022 ? Alors que certains planteurs évoquaient il y a encore quelques jours un abandon de la culture de betteraves en l'absence de solution pour les protéger du puceron et de la jaunisse, le vote des députés le 6 octobre permettant un retour temporaire et de manière encadrée des néonicotinoïdes a levé certains doutes.

Tereos dit ainsi « accueillir avec satisfaction le vote favorable de l’Assemblée Nationale du projet de loi porté le ministre de l’Agriculture de l’Alimentation », rappelant qu'il s'agit de « la seule solution aujourd’hui viable pour les agriculteurs afin de contrôler le virus de la jaunisse de la betterave, et ainsi permettre la pérennité de cette activité en France ».

Dans le même temps, elle appelle ses coopérateurs à « maintenir leurs surfaces betteravières au même niveau que celles de la campagne en cours ». Ses raisons d'y croire ? « Des conditions favorables de marché en Europe, portées par un déficit attendu du marché européen et un redressement des cours mondiaux », expliquait le 9 octobre l'entreprise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde