Aller au contenu principal

Tereos précise son prix de campagne 2020/2021

Le groupe coopératif Tereos garantit un prix minimum de 24,50 euros par tonne de betteraves pour la campagne 2020-2021 auquel pourraient s'ajouter des primes et indemnités de campagne.

Les 9 usines du groupe Tereos, dont Boiry (62), sont actuellement toutes entrées en production, avec un décalage dans le calendrier destiné à compenser l'effet jaunisse.
Les 9 usines du groupe Tereos, dont Boiry (62), sont actuellement toutes entrées en production, avec un décalage dans le calendrier destiné à compenser l'effet jaunisse.
© Tereos

Entre sécheresse et jaunisse virale, la campagne sucrière en France se déroule cette année dans un contexte « défavorable ». Ce constat, c'est celui que dresse la coopérative Tereos alors que chacune de ses 9 usines sont entrées en production. Compte tenu de ces conditions, et malgré des démarrages d'usines retardés pour favoriser la croissance, les volumes de betteraves à transformer devraient accuser une baisse de 9% pour le groupe.

En parallèle à la question du rendement, c'est aussi celle du prix qui ne manque pas d'interroger un certain nombre de producteurs adhérents. Pour Tereos, qui rappelle l'application des règles de la coopérative, la rémunération minimum des betteraves contractualisées pour la campagne 2020/21 est de 24,50 euros par tonne. Ce prix s'entend pour des betteraves livrées « à 16, prix d’acompte, primes d’engagement, dividendes et intérêt aux parts compris ». « A cette rémunération s’ajouteront les primes et indemnités de campagne, qui à titre indicatif ont représenté en moyenne 1,2 euros par tonne et par campagne depuis 2017 », poursuit la coopérative.

Les mêmes surfaces en 2021 ?

Qu'en sera-t-il ensuite des semis pour la campagne 2021-2022 ? Alors que certains planteurs évoquaient il y a encore quelques jours un abandon de la culture de betteraves en l'absence de solution pour les protéger du puceron et de la jaunisse, le vote des députés le 6 octobre permettant un retour temporaire et de manière encadrée des néonicotinoïdes a levé certains doutes.

Tereos dit ainsi « accueillir avec satisfaction le vote favorable de l’Assemblée Nationale du projet de loi porté le ministre de l’Agriculture de l’Alimentation », rappelant qu'il s'agit de « la seule solution aujourd’hui viable pour les agriculteurs afin de contrôler le virus de la jaunisse de la betterave, et ainsi permettre la pérennité de cette activité en France ».

Dans le même temps, elle appelle ses coopérateurs à « maintenir leurs surfaces betteravières au même niveau que celles de la campagne en cours ». Ses raisons d'y croire ? « Des conditions favorables de marché en Europe, portées par un déficit attendu du marché européen et un redressement des cours mondiaux », expliquait le 9 octobre l'entreprise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde