Aller au contenu principal

Tereos s’intéresse à la vente directe de luzerne

La coopérative sucrière Tereos a présenté le 25 août une offre en luzerne visant à «relancer» sa vente directe au sein de la branche Nutrition animale.

Le projet de Tereos consiste à proposer aux coopérateurs un approvisionnement direct en pellets de luzerne pour nourrir leurs animaux.
© Agence RDN

Cette offre, destinée aux adhérents, repose sur des granulés de luzerne déshydratée à 5 €/t de moins que le leader Désialis (soit 189,60 €/t en août pour les pellets à 18 % de protéines), a détaillé en conférence de presse David Sergent, directeur du Pôle coopérateurs de Tereos. Une remise estivale de 30 % sur le coût de transport est aussi accordée, d’autant plus intéressante que les 3 700 éleveurs visés (sur les 12 000 betteraviers du groupe) sont pour la plupart excentrés au nord. Dans l’organisation de la filière, c’est Désialis qui assure la commercialisation. Tereos Nutrition animale est un de ses cinq fournisseurs, à partir de quatre usines de déshydratation qui concernent 760 producteurs de luzerne et 10 500 ha. L’idée est donc de proposer aux coopérateurs un approvisionnement direct en pellets pour nourrir leurs animaux.

Un projet qui met «l’adhérent au centre»

«L’adhérent est au centre du projet de la nouvelle gouvernance, a expliqué Jean-Jacques Mennesson, vice-président du conseil de surveillance. On veut lui apporter tous les services possibles.» Tereos a connu une grave crise interne, qui avait conduit des coopérateurs en désaccord avec les dirigeants historiques à prendre les commandes fin 2020. En ligne avec la nouvelle priorité du groupe visant à améliorer sa profitabilité, l’élu a souligné le 25 août que «toute activité au sein de la coopérative doit générer du cash-flow». Conséquence pour la luzerne, il s’agit de ne plus faire supporter par l’activité Pellets les surcoûts de production des balles. La politique industrielle de réduction des émissions de CO2 est en revanche confirmée. Cela se traduit par un investissement de plus de 1 M€ sur le site de Pleurs (Marne), équipé depuis mai d’un injecteur biomasse. L’objectif est de remplacer progressivement le charbon servant à la déshydratation de la luzerne.

Une production 2021 «décevante»

Tereos table en 2021 sur une production de pellets de luzerne décevante, proches des 134 000 t de 2020, très au-dessous de la moyenne quinquennale à 144 000 t. «La campagne actuelle est marquée par des conditions météo inédites, avec des pluies régulières et un faible ensoleillement», a indiqué Florent Feige, directeur des opérations. Résultat, il y a plus de quinze jours de retard dans le calendrier des récoltes : la troisième coupe démarre tout juste en cette dernière semaine d’août, contre une date moyenne le 8 du mois. La quatrième, habituellement entamée mi-septembre, est pour sa part «hypothéquée», selon lui. Tereos Nutrition animale, outre les pellets et extraits concentrés de luzerne, affiche une production en matière brute de 2 Mt de pulpes de betterave, 1 Mt de produits d’origine céréalière. L’activité pèse 45 M€ de chiffre d’affaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde