Aller au contenu principal

TFNB : les collectivités invitées à délibérer

La Taxe foncière non bâti (TFNB) sert, entre autres, à financer les missions de service public de la chambre d’agriculture.

© AAP



Lorsqu’ils s’installent, les jeunes agriculteurs ont besoin, lors des premières années, d’être confortés dans leur projet aussi bien techniquement que financièrement. Aujourd’hui, une installation représente de lourds investissements, si bien que le dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti est une aide non négligeable pour les jeunes.
Fin juin, le syndicat des Jeunes agriculteurs de la Somme a adressé un courrier, ainsi qu’une note explicative aux mairies et communautés de communes, ainsi qu’aux notaires du département afin de les sensibiliser. Ce courrier encourage l’ensemble des élus des collectivités territoriales à appliquer le dégrèvement facultatif de 50 % de la TFNB en faveur des jeunes agriculteurs installés avec les aides de l’Etat.

Une exonération de droit
Le Code des impôts prévoit que l’Etat prenne en charge pour toutes les communes 50 % de la part communale, intercommunale et, éventuellement, des syndicats de commune. Ce dégrèvement systématique porte sur les terres dont l’agriculteur est propriétaire ou locataire pendant cinq années à partir de l’année qui suit celle de l’installation. Dans le cas d’une société, il porte sur les parcelles en propriété, en location ou mises à disposition de la société par le jeune agriculteur. Pour rappel : le montant du dégrèvement est accordé au propriétaire et figure sur sa feuille d’imposition du foncier non bâti, mais celui-ci doit le répercuter au jeune agriculteur en totalité. L’octroi du dégrèvement est, en effet, lié à la personne qui exploite les parcelles.
Il n’y a aucune automaticité à ce dégrèvement : il faut absolument que le jeune installé ait communiqué au centre des impôts fonciers, avant le 31 janvier de l’année suivant celle de son installation, une déclaration (6711 SD) complétée et accompagnée des justificatifs demandés. Une déclaration doit être souscrite par commune et par propriétaire.

Une exonération facultative
Le dégrèvement des 50 % restants et correspondant à la part communale et de certaines communautés de communes dépend d’une délibération de la commune. La décision doit intervenir avant le 30 septembre 2019 pour être applicable en 2020. La durée de dégrèvement peut aller d’un an à cinq ans.
Actuellement, plus de 40 % des communes et deux communautés de communes - celle d’Amiens Métropole et  celle du Vimeu - appliquent le dégrèvement facultatif. Le nombre de communes ayant délibéré en faveur des jeunes agriculteurs est toujours plus important. C’est encourageant pour le renouvellement des générations en agriculture, mais cela pourrait être davantage. A noter : ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de siège d’exploitation sur la commune que cette dernière n’est pas concernée par le dégrèvement. En effet, de jeunes agriculteurs peuvent cultiver des parcelles localisées sur la commune.

Vous pouvez d’ores et déjà contacter votre commune pour les inciter à appliquer ce dégrèvement. Nous pouvons vous fournir un argumentaire ou retrouvez-le sur notre site www.jeunesagriculteurs80.fr

Pour toute information, n’hésitez pas à contacter Colette Duchâteau au bureau des Jeunes agriculteurs de la Somme au 03 22 53 30 08 ou Stéphane Lefever à la FDSEA 80 au 03 22 53 30 36.

Pourquoi une collectivité a tout intérêt à appliquer ce dégrèvement ?

- Appliquer le dégrèvement, c’est montrer que la collectivité soutient son agriculture locale importante pour le développement rural de la commune. Aujourd’hui, de nombreuses communes ne comptent malheureusement plus d’agriculteurs dans leur population.
- Appliquer ce dégrèvement peut inciter des jeunes à s’installer, mais également à participer à la vie communale.
- Appliquer ce dégrèvement, c’est soutenir le monde agricole qui sait se montrer solidaire et présent dans la commune. Par exemple, lors d’événements festifs par le prêt d’engins ou bien au cours des épisodes neigeux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde