Aller au contenu principal

Thierry Baillet signe un livre-reportage sur l’agriculture

Après avoir passé un an à sillonner la France à la rencontre de confrères et consœurs pour retranscrire leurs pratiques, le Youtubeur nordiste Thierry Bailliet tient enfin son livre-reportage pour faire connaître l’agriculture française au grand public : Dans les bottes de ceux qui nous nourrissent. La prévente a commencé le 9 octobre.

Agriculteur à Loos-en-Gohelle, Thierry Bailliet est connu sur le web pour ses vidéos où il explique son métier. Pour toucher un public plus vaste, il a décidé de publier un livre.
Agriculteur à Loos-en-Gohelle, Thierry Bailliet est connu sur le web pour ses vidéos où il explique son métier. Pour toucher un public plus vaste, il a décidé de publier un livre.
© D. R.



Raconte-moi l’agriculture : c’était, au départ, le nom du projet porté par Thierry Bailliet, qui annonçait, il y a un an dans les colonnes de notre confrère Terres et Territoires, son envie d’expliquer sur papier les dessous de son métier à ceux qu’il ne pouvait pas toucher avec ses vidéos. Un an et dix reportages plus tard, son livre est prêt. Intitulé Dans les bottes de ceux qui nous nourrissent, il est sorti le vendredi 9 octobre en précommande*.
Toucher les médias Tout a démarré il y a sept ans… (presque) pile ! «J’ai ouvert ma chaîne Youtube un 13 novembre, se souvient l’intéressé, agriculteur à Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais). Je l’ai ouverte pour expliquer le métier d’agriculteur au grand public. Puis, je l’ai orientée vers le monde agricole. Pourtant, on m’a régulièrement rappelé que mon rôle était d’expliquer l’agriculture au grand public.» Il se demande donc comment faire passer un message intéressant ?
«La vidéo c’est bien, mais si on veut avoir la chance d’être écouté par tous et de toucher les médias, le meilleur moyen, en France, c’est le livre.»

Un tour de France des «agris Youtubeurs»
Il entame donc un véritable tour de France des «agris Youtubeurs» les plus connus : Étienne Fourmond, éleveur dans la Sarthe, Amandine Brecque, éleveuse de blondes d’Aquitaine dans le Sud-Ouest, Antoine Dequidt, agriculteur cofondateur de la société Karnott… Mais pas uniquement. «J’ai aussi rencontré des personnes moins connues, comme Pierre Loubens qui fait de l’agriculture de conservation des sols dans le Sud.»
Le but : mettre en avant leur modèle, leur histoire, leur expérience et leur regard. «Ce que je voulais, c’était montrer des agriculteurs qui se bougent, résume Thierry Bailliet, qu’il y a de la diversité dans les productions, les surfaces, que chacun doit adapter ses productions à son environnement. Ce n’est pas parce qu’on a 250 ha qu’on s’en sort mieux qu’à 23… Mais, surtout, je voulais faire passer l’idée que le modèle unique applicable partout n’existe pas en agriculture.»

Lancer une dynamique
Le résultat tient en 250 pages, imprimées notamment grâce à un financement participatif via lequel il a récolté 17 000 € l’an dernier (auprès de 200 personnes). «J’ai pris le fer de lance, mais chaque agriculteur doit le faire à son échelle, c’est le seul moyen d’avancer. En février prochain sortira un reportage qui condensera l’ensemble des reportages effectués pour faire le livre. Je le mettrai à disposition de qui voudra s’en servir comme support. Il y a aura aussi un groupe Facebook privé accessible à tous les intéressés, pour échanger sur la meilleure façon de communiquer avec le grand public. Parler avec ses voisins, inviter une classe à la ferme… Tout ce qu’on ne peut pas faire par vidéo. Il n’y a rien de tel que le contact humain !»

* En précommande sur le site www.agriculteurdaujourdhui.com



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde