Aller au contenu principal

Touloulou : balade en Baie de Somme au cœur des éléments

Depuis trois ans, Emmanuel Dubert propose des promenades et croisières en Baie de Somme à bord de son catamaran amarré au Crotoy.



Voguer au fil de l’eau en contemplant le vent jouer avec les voiles et le courant marin scander le rythme, le temps d’une promenade ou d’une croisière en Baie de Somme, c’est l’expérience unique qu’Emmanuel Dubert propose à bord du Touloulou, un catamaran de 12 m de long et de 6,5 m de large, amarré au Crotoy. Unique, l’expérience l’est chaque jour, car «tout dépend de ce que propose le vent, mais aussi des marées, du courant marin et de l’ensablement. C’est la mer qui décide», raconte-t-il. Si les contraintes de navigation sont conséquentes, la Baie de Somme reste un «bel espace de liberté» et un «cadre idyllique», dixit le skipper.
Aussi cet ingénieur agroalimentaire, originaire du Val d’Oise, qui travaillait dans l’industrie, n’a pas hésité à larguer les amarres pour venir s’installer en Baie de Somme peu avant le nouveau millénaire, afin de créer une activité professionnelle autour de ce bel écrin des terres samariennes. Si cet amateur de voilier a toujours été attiré par le large, c’est pourtant les pieds bien sur terre qu’il commence à faire explorer la baie.

De la terre à l’eau
Avec des copains, il crée, en 1998, l’association «Promenade en Baie», pour faire découvrir aux visiteurs, à pied et à marée basse, les terres méconnues de la Baie de Somme. L’activité rencontre rapidement un vif succès, avec près de vingt-deux mille personnes promenées par an. Mais l’appel du large refait surface, en 2006, lors du lancement du jeu de voile en ligne, Virtual Regatta. Emmanuel plonge littéralement dans le jeu avec la course le Vendée Globe, et navigue dès lors des heures entières en ligne. Un week-end voile à Marseille entre amis va être le déclic. Etre sur l’eau, c’est exactement ce qu’il lui faut.
Ni une, ni deux, il refait des stages en voile, puis s’achète son premier voilier en 2009, puis un autre plus grand. Alors que la moyenne de sortie des bateaux en mer est de deux fois par an, il navigue avec le sien à quatre-vingt reprises en une année. Le virus du large s’est emparé de lui. Pour l’assouvir pleinement, il décide de proposer des balades à bord d’un bateau en Baie de Somme. Mais, avant de choisir le bateau qui sera au cœur de son activité, il lui faut d’abord obtenir des diplômes. Emmanuel retourne alors sur les bancs de l’école pour passer son diplôme de Capitaine 200 Voile, qui impose notamment de s’enrôler en mer durant une année. Pour ce faire, il embarque à bord d’un chalutier en mer du Nord, puis à bord d’un voilier à Marseille, et finit sa formation en Corse, à bord de vedettes de passage.
Ne reste plus, une fois le diplôme en poche, qu’à choisir le bon bateau. Si sa première idée est de prendre un monocoque, il prend conscience rapidement qu’un catamaran offre plus d’espace et est plus approprié pour travailler. Autre attrait : le catamaran incarne parfaitement l’esprit des vacances, renvoyant, de surcroît, aux images des Caraïbes. Si c’est à Canet-en-Roussillon qu’il ira chercher son catamaran, celui-ci a bel et bien navigué dans les Caraïbes avec son ancien propriétaire, et son nom, Touloulou, fait référence à un crabe rouge de là-bas, dont le déplacement rappelle celui du catamaran sur les flots. Coup double.

Au fil de l’eau
Le top départ est donné en mai 2017. Au programme : une promenade en mer, le temps d’une marée vers l’entrée de la baie, pour découvrir ses ports et rivages depuis la mer. Mais parce que le terrien n’est jamais loin du marin, Emmanuel propose également une mini-croisière mêlant navigation en baie à marée haute, mouillage, puis échouage et retour à pied à marée basse.
Se rajoutent très vite des mini-croisières en baie avec nuit à bord, et des croisières en Manche de différentes durées. D’autres croisières sur-mesure sont possibles. A chaque formule, boissons, collations, voire repas sont au menu, avec dégustation des produits locaux. Mais quelle que soit la formule retenue, le partage est toujours au rendez-vous, parce que le temps n’a plus de prise.
Sous le soleil, un ciel gris ou la pluie, l’expérience est belle, «parce qu’il y a ce côté déconnexion avec le temps et cette sensation de liberté en mer», confie le skipper. Comme l’écrivait Charles Baudelaire, dans son poème, «L’appel du large», au large, on peut se laisser bercer par l’infini sur le fini des mers.

Renseignements et réservations au 06 12 70 45 64

www.baiedesomme-evasion.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde