Aller au contenu principal

Tous unanimes : «le taux de protéines c’est l’accès aux marchés»

La réunion prospective de la coopérative Cerena, le 21 janvier, a sensibilisé les agriculteurs à la qualité des blés.

La qualité est un atout majeur face à la concurrence.
La qualité est un atout majeur face à la concurrence.
© JC Gûtner


«De 12,5% en 2003, la courbe du taux de protéines dans les céréales françaises n’a cessé de décroître pour tomber aujourd’hui à 11,2%», s’est désolé Thibault Lecomte, trader chez Ceremis. Or, que ce soit pour les meuniers, les amidonniers, mais aussi les fabricants d'aliments pour animaux, la qualité du blé est essentielle.
La concurrence européenne se segmente. La France, premier producteur de blé avec 35 à 37 Mt s’oriente vers les pays du Sud. L’Allemagne avec 25 Mt se tourne vers l’Europe du Nord. La Roumanie et la Bulgarie avec 12 Mt exportent vers les pays du pourtour méditerranéen. «Cette segmentation est basée sur la qualité. Les destinations se font en fonction des utilisations des céréales», souligne Thibault Lecomte. Le blé allemand a un taux de protéine moyen de 12,5 % (12,8% cette année). La Roumanie et la Bulgarie sont depuis deux ans des exportateurs de blé meunier qui comptent, en constante progression. Contrairement à la France et à l’Allemagne, la récolte 2013 y a été précoce, avec une bonne qualité meunière, ce qui a permis à ces pays de prendre des parts de marchés sur l’Egypte et la Syrie.

Des cahiers des charges exigeants à l’export
«Sur les 50 % des blés français destinés à l’export, 95 % partent vers les pays du Maghreb, l’Algérie principalement, et l’Egypte. Aujourd’hui, ces pays réclament un taux de protéines plus élevé», a expliqué Jean-Philippe Everling, directeur de Granit, négoce international filiale du groupe coopératif Axereal. Avec un taux moyen de 11,2% cette année, nos blés sont concurrencés, en particulier par ceux des pays riverains de la mer Noire. Il est donc capital, estime-t-il, d'obtenir des taux de protéines plus élevés si l'on veut conserver nos clients actuels, voire en trouver d’autres. D'autant que leurs cahiers des charges sont de plus en plus stricts.
Certes la France a des atouts. Jean-Philippe Everling énumère entre autre la météo, le type de blé exporté (du «medium hard» destiné à la boulangerie de type «baguette» adaptée à nombre de pays voisins), une logistique relativement efficace, la proximité de nos principaux clients.
Mais, "il faut bien être conscients que la qualité est un atout majeur face à la concurrence», insiste-t-il.

Un accompagnement de la coopérative
Pour Olivier Bouillet, directeur exécutif international en place à Kiev, "nous avons à travailler sur la protéine, mais aussi sur le coût de production". Il explique que pour développer nos parts de marché sur les pays tiers où nos concurrents sont plus compétitifs, le producteur français doit augmenter sa productivité. Et de citer à cet effet différents moyens comme la hausse du rendement, la réduction du coût de mécanisation, le travail à façon...
A l’aide d’un graphique, Marc Braidy, vice-président de Cerena, a montré l’évolution du taux de protéines des blés chez les adhérents de la coopérative. «En 2013, ils affichaient un taux de 11,6% mais ce n’était que 10,9% en 2009. Notre objectif est de se situer entre 11,5 et 12%», a-t-il annoncé. Cerena met tout en oeuvre pour accompagner ses associés-coopérateurs en les conseillant sur le choix variétal, sur un pilotage de l’azote précis et mesuré, sur l'utilisation d'outils d'aide à la décision... Chaque agriculteur recevra prochainement le taux de protéines moyen de ses livraisons et pourra le comparer avec la moyenne de son silo, l'intérêt étant de se situer personnellement dans un contexte local. En conclusion, Marc Braidy a invité les adhérents à participer aux réunions de secteur qui auront lieu les 18 et 19 juin prochain à Dunkerque avec la visite des installations portuaires de la Sica Nord Céréales. Une autre approche des besoins du marché...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde