Aller au contenu principal

Tracteur : comment maîtriser le coût de la traction pour les exploitations ?

La Cuma du FAY vient d’investir dans trois tracteurs de même puissance pour huit adhérents. L’intérêt premier est d’avoir des tracteurs performants pour optimiser les travaux des champs.

Avec les trois nouveaux tracteurs, les agriculteurs se sont engagés à réaliser 2700 heures annuelles pour un coût estimé 
à 17 euros par hectare.
Avec les trois nouveaux tracteurs, les agriculteurs se sont engagés à réaliser 2700 heures annuelles pour un coût estimé
à 17 euros par hectare.
© © D. R.


Au cours de l’année 2017, huit agriculteurs en Cuma ont fait le choix d’investir dans trois tracteurs New Holland T7 de même puissance, avec pour chacun d’eux des options différentes (relevage avant, prise de force avant, fourche, GPS, etc.) pour subvenir aux besoins de chaque utilisateur.
Les agriculteurs se sont engagés à réaliser 2700 heures annuelles pour un coût estimé à 17 Ä par hectare. Le groupe est constitué de différentes typologies d’exploitations : des doubles actifs avec 40 hectares à cultiver mais aussi des exploitants avec 300 hectares. «L’intérêt d’avoir une panoplie de tracteurs performants est d’avoir une efficacité de chantier optimisé pour chacun des adhérents de la section», explique Laurent Marest et Yannick Avet, responsables de la section tracteur.
Suite à l’évolution des outils, la Cuma souhaite mettre à disposition des tracteurs à la pointe de la technologie pour pouvoir atteler les matériels de la Cuma mais aussi ceux des adhérents. Elle a un objectif de renouvellement de trois à quatre ans suivant le nombre d’heures effectuées.

Pourquoi trois tracteurs ?
Avoir trois tracteurs permet d’avoir une disponibilité de traction pendant les pics de travaux, comme par exemple au moment des ensilages de maïs : un tracteur pourra tasser le silo, un autre pourra être attelé sur une remorque et le dernier réaliser les travaux du sol.
Chaque tracteur va également avoir son utilisation. Par exemple, le tracteur à avec une fourche est équipé de masses arrières dans les roues pour tasser le maïs ; le second tracteur est équipé du guidage pour les semis ; le troisième est équipé d’une prise de force avant pour le fauchage d’herbe.

Quel est le rôle de la FR Cuma Hauts-de-France ?
Le rôle de l’animateur était d’analyser les aspects économiques : calcul de la durée d’amortissement, estimation du prix de revient, définition du plan de financement, simulation de l’évolution de la trésorerie. Après différents calculs, les adhérents ont choisis d’amortir les tracteurs sur 7 ans  afin d’éviter les plus-value lors de la revente.
La réflexion de l’investissement doit être vue sous tous les angles, techniquement et économiquement, pour que le projet soit viable au sein du groupe.

Cuma du FAY

Création :
1991
Nombre d’adhérents : 21 adhérents
Activités : traction ; semis de maïs ; désherbage mécanique ; pressage et charrois de paille ; etc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde