Aller au contenu principal

Troisième édition d’AgriDemain Tour à Ville-le-Marclet

Communiquer, échanger, expliquer ses pratiques… Voilà le rôle de #AgriDemain. Point d’étape au Gaec de la Réderie, qui organisait ce mardi 28 août la fête des moissons, dans le cadre de la 3e édition d’AgriDemain Tour.

Les Vermersch ont organisé une démonstration de traite pour expliquer le métier aux voisins venus à la rencontre 
du monde agricole. 
Les Vermersch ont organisé une démonstration de traite pour expliquer le métier aux voisins venus à la rencontre
du monde agricole. 
© © S. D.


Luc Vermersch et ses deux fils, Hugo et Elie, avaient invité pour l’occasion voisins, élus, et exploitants agricoles pour cette fête des moissons et des récoltes à Ville-le-Marclet. Objectif : expliquer et communiquer sur les pratiques agricoles d’aujourd’hui. Qui mieux qu’un agriculteur peut parler de son métier ?
Ces derniers mois et semaines, l’actualité agricole médiatique a souvent concerné le glyphosate, avec l’affaire Monsanto, ou encore les élevages de poules, avec des images parfois chocs. Ce type d’opération est donc plus que nécessaire pour montrer la réalité du sujet. Ce type d’événement est «un excellent moyen de parler simplement d’agriculture», raconte Luc Vermersch. D’où son envie d’accueillir l’AgriDemain Tour et d’être «ambassadeur» de la démarche.
C’est sur le terrain qu’on se rend compte de la réalité du métier et pas devant son poste de télévision, ou alors beaucoup moins. Avec cette finalité en ligne de mire, les trois associés du Gaec Vermersch, polyculteurs, éleveurs laitiers et porcins ont pu expliquer leur quotidien, et leurs pratiques. Parfois, entre voisins, on ne se connaît pas ou mal et c’est là que des a priori peuvent subvenir. Le fait «d’ouvrir son exploitation», si on peut dire, permet justement de répondre aux questions : pourquoi traitez-vous ? Que donnez-vous à manger à vos animaux ? Etc. «Ces échanges réduisent ainsi de possibles problèmes de voisinage ou avec d’autres riverains, du genre : “Ils ont encore bloqué la route avec leurs tracteurs ou remorques, ou t’as vu la poussière qu’ils font ?“», explique Luc.

«Fédérer les acteurs du monde agricole»
AgriDemain sert aussi à sensibiliser les élus. Plusieurs avaient fait le déplacement pour cette rencontre faite de convivialité et d’échanges. Jean-Michel Serres, président de la commission Agriculture et agro-alimentaire du Conseil régional des Hauts-de-France, a salué l’initiative, tout comme Laurent Somon, président du Conseil départemental de la Somme. «Il faut fédérer les acteurs du monde agricole et amplifier la tâche de communication, y compris en local», ont-ils souligné. #AgriDemain, c’est justement cela : une sorte de circuit court de communication, qui rassemble les principales organisations professionnelles agricoles autour d’une vision commune de l’agriculture.
On ne le répétera jamais assez, mais le monde agricole évolue à vitesse grand V avec, notamment, une innovation grandissante, que ce soit pour la gestion des cultures ou de l’élevage. Modernité, traçabilité, qualité, diversité sont des maîtres-mots des exploitations françaises d’aujourd’hui. Et le faire savoir est essentiel.
C’est d’ailleurs avec cet objectif, cette envie de communication que la SEA du territoire de Nièvre et Somme, emmenée par son président, Bertrand Roucou, souhaiterait réitérer l’opération l’année prochaine dans une autre exploitation du secteur, en profitant ainsi des moyens de communication qu’offre #AgriDemain. Rendez-vous donc en 2019 !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde