Aller au contenu principal

UE/Mercosur : concessions agricoles européennes pour un accord imminent

Commissaires européens et ministres sud-américains se retrouveront le 27 juin à Bruxelles pour ce qui devrait être la session finale de négociation de l'accord de libre-échange entre l'UE et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay). Pour les produits agricoles sensibles, l'offre européenne porte notamment, selon certaines informations, sur l'ouverture graduelle, en six étapes annuelles, de contingents tarifaires d'importation pour 99 000 tonnes de viande bovine (dont la plus grande partie réservée au Brésil), 200 000 tonne de volaille, 150 000 tonnes de sucre et 600 000 tonnes d'éthanol. La gestion de ces contingents serait partagée, et non pas assurée par la seule partie européenne. Parmi les intérêts agricoles «offensifs» de l’UE, le Mercosur concède, pour le fromage, un contingent tarifaire d’importation de seulement 9 000 tonnes. Et la question de la protection des indications géographiques n’est pas complètement réglée, quatre ou cinq dénominations italiennes posant encore des problèmes.

La négociation UE-Mercosur, un « fiasco » pour la viande bovine

La négociation avec le Mercosur est un «fiasco», un «scandale» pour les éleveurs européens, estime d’ores et déjà le président du groupe de travail "viande bovine" des organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca), Jean-Pierre Fleury. Ce secteur, déplore-t-il, est «en train de perdre sur les deux tableaux : le volume du contingent tarifaire d’importation — 99 000 tonnes — et ses modalités de gestion — partagées entre les deux parties, «comme le réclame le Brésil». «On demandera des comptes», avertit-il, ne se faisant pas d’illusions quant à l’issue des tractations avec le bloc sud-américain. En France, la FNSEA et les JA ont réagi par communiqué en dénonçant «l'incohérence totale de la politique commerciale». Pour eux, «les exploitations agricoles françaises ne pourront pas survivre à l'empilement des contraintes sur les normes de production en France et en Europe et à l'importation de produits qui ne les respectent pas».


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde