Aller au contenu principal

UE/Mercosur : concessions agricoles européennes pour un accord imminent

Commissaires européens et ministres sud-américains se retrouveront le 27 juin à Bruxelles pour ce qui devrait être la session finale de négociation de l'accord de libre-échange entre l'UE et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay). Pour les produits agricoles sensibles, l'offre européenne porte notamment, selon certaines informations, sur l'ouverture graduelle, en six étapes annuelles, de contingents tarifaires d'importation pour 99 000 tonnes de viande bovine (dont la plus grande partie réservée au Brésil), 200 000 tonne de volaille, 150 000 tonnes de sucre et 600 000 tonnes d'éthanol. La gestion de ces contingents serait partagée, et non pas assurée par la seule partie européenne. Parmi les intérêts agricoles «offensifs» de l’UE, le Mercosur concède, pour le fromage, un contingent tarifaire d’importation de seulement 9 000 tonnes. Et la question de la protection des indications géographiques n’est pas complètement réglée, quatre ou cinq dénominations italiennes posant encore des problèmes.

La négociation UE-Mercosur, un « fiasco » pour la viande bovine

La négociation avec le Mercosur est un «fiasco», un «scandale» pour les éleveurs européens, estime d’ores et déjà le président du groupe de travail "viande bovine" des organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca), Jean-Pierre Fleury. Ce secteur, déplore-t-il, est «en train de perdre sur les deux tableaux : le volume du contingent tarifaire d’importation — 99 000 tonnes — et ses modalités de gestion — partagées entre les deux parties, «comme le réclame le Brésil». «On demandera des comptes», avertit-il, ne se faisant pas d’illusions quant à l’issue des tractations avec le bloc sud-américain. En France, la FNSEA et les JA ont réagi par communiqué en dénonçant «l'incohérence totale de la politique commerciale». Pour eux, «les exploitations agricoles françaises ne pourront pas survivre à l'empilement des contraintes sur les normes de production en France et en Europe et à l'importation de produits qui ne les respectent pas».


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde