Aller au contenu principal

Un agriculteur payé pour ne plus cultiver près d'une école

Dans le département des Deux-Sèvres, une commune couvre la perte d'exploitation d'un agriculteur causée par l'instauration d'une zone de non-traitement à proximité d'une école.

Il y a des maires qui prennent des arrêtés pour interdire l'interdiction de produits phytosanitaires dans leurs communes et d'autres qui optent pour des solutions plus pragmatiques. Dans la commune de Fors, dans le département des Deux-Sèvres, le maire Alain Canteau fait partie de la seconde catégorie depuis qu'il a trouvé un accord avec un céréalier installé sur sa commune pour compenser le renoncement de ce dernier à cultiver une partie de la parcelle qu’il exploite à proximité d’une école et d’un terrain de sport, et ainsi ne plus y appliquer de produits phytosanitaires.

Au micro de la radio France Bleu Poitou, qui revient aujourd’hui sur cette situation originale, Alain Canteau raconte : « L'agriculteur était lui aussi embêté de pulvériser ces produits-là. Il essayait de le faire le mercredi ou avant le début des classes mais c'était compliqué en fonction de la météo et puis les enfants devaient parfois marcher sur ses récoltes pour aller rechercher leur ballon de football ou de basket ».

Christophe Pasquier, l’agriculteur, expliquait lui aussi il y a quelques jours dans les colonnes du journal Le Parisien être satisfait de cet accord : « J'ai toujours fait attention, mais ça n'était jamais facile de trouver le bon créneau pour traiter en dehors des heures d'école. Et puis les gens sont plus vigilants, on sent une pression », redoutait-il avant de conclure un accord avec la commune de Fors.

450 euros par an pour 3600 m2 en jachère

Pour en arriver là, le chemin n’a toutefois été aussi simple que les deux parties l’affirment aujourd’hui. En septembre dernier, une délibération est votée à l'unanimité des membres du conseil municipal pour instaurer une convention entre la commune et l'EARL Pasquier. D'une durée de 3 ans, cette convention prévoit le versement d'une indemnité à l’agriculteur de manière à compenser sa perte d’exploitation.

Pour renoncer à exploiter une surface de 3 600 mètres carrés – soit une bande de 120 mètres de long sur 30 mètres de large -, l'exploitant doit ainsi percevoir un montant annuel de 450 euros. Mais quelques semaines plus tard, à l’occasion d’une nouvelle réunion du conseil municipal, le maire de la commune est contraint d’enlever sa délibération sur ordre du préfet. Celui-ci relève en effet qu’une commune n’a pas la possibilité sur le plan réglementaire de verser une pareille indemnité à un agriculteur ; cela pouvant être considéré comme une aide directe.

Pour qu’elle puisse effectivement être mise en œuvre, la convention entre la commune de Fors et l’EARL doit donc être modifiée ; ce qui se fera lors d’une réunion du conseil municipal en novembre 2020. Entre temps, pour contourner l’interdiction pour la commune d’indemniser directement l’agriculteur, le maire a trouvé une parade : verser une subvention à l’association des parents d’élèves de l’école de la commune ; laquelle peut ensuite indemniser l’agriculteur.

L’histoire se terminant plutôt bien, Alain Canteau espère désormais que son initiative donnera des idées à d’autres ailleurs en France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde