Aller au contenu principal

Un bal à la Maison de Jules Verne, presque comme à l’époque

En 1885, Jules Verne organisait un bal costumé dans sa maison amiénoise. Ce 9 août, la Maison de Jules Verne renoue avec cette ambiance festive.

Deux cents invités, parés de costumes traditionnels de différents pays du monde, dansent, mangent et se délectent du célèbre roman de leur hôte, Jules Verne, «Le tour du monde en quatre-vingt jours». Ce bal, nommé «Grrrrande auberge du tour du monde» a eu lieu en 1885, au 2, rue Charles Dubois, à Amiens.
Chaque été, depuis 2006, la Maison Jules Verne, à cette même adresse, propose de renouer avec cette ambiance festive. Une soirée au cours de laquelle une œuvre de l’écrivain est mise à l’honneur. Cette année, rendez-vous est donné le 9 août, de 19 à 23 heures, dans la cour de la maison. Après la Chine, l’Afrique, l’Amérique latine ou encore la Russie, cette «Grrrrande auberge du tour du monde» fait cette fois-ci escale en Roumanie. «Nous allons tenter de percer les mystères du Château des Carpathes, en Transylvanie, dans le village de Werst, explique Léa Stoltz, animatrice culturelle. Un roman étonnant de l’écrivain, bien que peu connu, puisqu’il s’agit d’une œuvre fantastique et gothique.» Place aux légendes et aux superstitions.
Les salariés seront en costume, pour une parfaite immersion. Charlotte Joliveau et Thibaud Thibaux, comédiens, conteront les incroyables aventures de l’œuvre littéraire, et le groupe musical Garlic (Madalina Drouvin et Brian Holmes), «emportera les convives dans l’atmosphère chaude, traditionnelle et mélomane de la Roumanie». Et pour régaler les papilles des convives, le traiteur abbevillois «La Nature a du goût» s’est donné le défi de revisiter les plats traditionnels roumains avec des ingrédients locaux. «Le fasole batuta, un caviar de haricots, sera fait aux haricots de Soissons. Le placinta, une sorte de feuilleté, sera réalisé avec des pommes du terroir», illustre Léa Stoltz.

Il y a 133 ans…
Une ambiance digne, ou presque, de celle qui régnait dans cette bâtisse il y a cent trente-trois ans.  Jules Verne avait en fait donné un premier grand bal costumé en 1871, dans les salons Saint-Denis, en centre-ville d’Amiens, aujourd’hui disparus. Le thème de son roman, «De la terre à la lune», a rassemblé quelques sept cents invités, de la bonne société amiénoise et parisienne, comme le célèbre photographe Nadar, dont est inspiré le héros de cette œuvre.
Onze ans plus tard, Jules Verne et son épouse Honorine emménagent dans la maison de la tour. Très vite, la maison est le théâtre de soirées très convoitées de la société locale. Le second bal costumé y est organisé en 1885. L’affiche de l’époque, dessinée par Gédéon Baril, annonce le programme, rédigé par Jules Verne. L’original est d’ailleurs exposé dans la maison.
Pour cette édition 2018, l’illustratrice Anne-Claire Giraudet a proposé une affiche entièrement à l’aquarelle, qui respecte à la fois le thème du château des Carpathes et l’ambiance de la fin du XIXe siècle. Dans le dessin, l’illustratrice s’est inspirée des gravures représentant le château en ruines et la tour iconique de la Maison Jules Verne, le tout dans un style gothique. Le personnage de la Silla (cf. encadré) y est mis en valeur. Ne reste plus qu’à la soixantaine de chanceux déjà inscrits à savourer cette incroyable «Grrrrande auberge du tour du monde».

L’événement est d’ores et déjà complet.
Visite de la Maison Jules Verne : tous les jours en cette période estivale, de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30, sauf le mardi, de 14h à 18h30. 7,50 en plein tarif.
Contact : 03 22 45 45 75

Histoire du château des Carpathes…

Le château des Carpathes occupe une place à part dans l’œuvre de Jules Verne. «Entre les influences d’Ann Radcliff et d’E.T.A. Hoffmann, l’histoire nous plonge d’abord dans l’ambiance pastorale et folklorique d’une Europe centrale rêvée, avant de céder la place à une atmosphère fantastique, pleine de légendes et de superstitions», raconte Léa Stoltz.
Le château des Carpathes est en fait l’histoire de villageois installés près du château, qui, inquiets d’apercevoir de la fumée en sortir, partent explorer cette demeure en ruines, après le départ du baron de Gortz, son dernier propriétaire. Ils seront victimes de surprenants phénomènes… A ce moment, le comte Franz de Télek, rival du baron, arrive au village et tente lui aussi l’exploration du château. Les deux nobles se détestent, car le baron de Gortz est tombé sous le charme de la fiancée de Franz de Télek, nommée la Stilla, cantatrice italienne. Or, le jour du mariage, elle meurt en scène, comme transpercée par le lourd regard du baron de Gortz. Les deux rivaux en conçoivent une haine réciproque, chacun tenant l’autre pour responsable du décès de la Stilla. Depuis, Franz de Télek voyage pour oublier sa douleur, ce qui l’a amené au château de son ennemi maudit. Lorsqu’il entre, la porte se referme sur lui… «Le mot de la fin, lui, ressemble bien à Jules Verne : la science est la clé du mystère !», assure l’animatrice culturelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde