Aller au contenu principal

Un bâtiment opérationnel financé grâce au photovoltaïque

Jean-Philippe Berthe, agriculteur à Avricourt, dans l’Oise, a monté un bâtiment agricole avec des panneaux photovoltaïques sur la couverture. Avec un recul de quatre ans maintenant, il est très satisfait, au point d’avoir installé depuis d’autres panneaux sur une ancienne grange.

Jean-Philippe Berthe est très satisfait de son nouveau bâtiment financé grâce au photovoltaïque.
Jean-Philippe Berthe est très satisfait de son nouveau bâtiment financé grâce au photovoltaïque.
© D. L-C.

«J’ai repris l’exploitation familiale de grandes cultures en 2014 et j’y ai introduit la culture du lin, ce qui nécessite des capacités de stockage. Il y avait bien un vieux hangar  ouvert sur la ferme, refaire la toiture coûtait environ 20 000 €. J’ai voulu réfléchir à autre chose en 2016 et j’ai rencontré un agriculteur qui avait installé des panneaux photovoltaïques et qui en était satisfait», explique d’emblée Jean-Philippe Berthe. Il contacte alors plusieurs constructeurs de bâtiments agricoles, AMBS et Baudoux Constructions notamment, Agriwatt pour les panneaux photovoltaïques ainsi que le groupe Le Triangle, du Centre de la France, qui propose la construction du hangar et la pose des panneaux. Après de multiples réflexions, son choix se porte sur un constructeur local, Albert  Travaux, à Roye. « Ils m’ont fait des plans afin que je puisse installer des panneaux pour pro-duire 100 kwatt, soit un bâtiment fermé de sept travées, de 19 m de large pour 42 m de long, orienté sud-sud-est», ajoute-t-il.

Pour les panneaux, il fera confiance à Agriwatt et signera en 2017 un contrat de rachat d’électricité avec la Sicae Oise au tarif de douze centimes du kilowatt. «Aujourd’hui, le tarif a baissé, de l’ordre de dix centimes, mais le prix des panneaux a également baissé», tient-il à préciser. 

Il dépose son permis de construire en mairie, aménage avec un voisin la plateforme qui accueillera le bâtiment et s’endette auprès du Crédit agricole Brie-Picardie. «Le bâtiment coûte 92 000 € hors taxes, les panneaux 95 000 € et le raccordement entre 7 et 8 000 €. J’ai emprunté 200 000 € sur quinze ans, à 1,9 %. Mes annuités sont de l’ordre de 15 000 €, qui correspondent à peu près aux factures de vente d’électricité que j’émets», détaille Jean-Philippe Berthe. 

 

Bâtiment fonctionnel payé

Aujourd’hui, l’agriculteur dispose d’un bâtiment de 800 m2 au sol, bardé, sur la moitié duquel il a coulé une dalle béton. 

Il y stocke des céréales à plat et ses balles de lin. «Je garde ainsi 300 t de céréales avec une prime de stockage de 13 €/t ainsi que mes 800 boules de lin, à 3 € par balle. Cela me permet de mieux valoriser ma production et d’avoir un bâtiment fonctionnel qui, au bout de quinze ans, sera amorti et ne m’aura rien coûté ou presque», se félicite l’exploitant. Il a d’ailleurs poursuivi la même logique en couvrant un pan de toit d’une vieille grange de panneaux photovoltaïques. 

Il a contractualisé avec la Sicae pour une production de 36 kW cette fois-ci. «Ces panneaux sont plus efficaces de 20 % que ceux de mon bâtiment, on gagne en efficacité. Aujourd’hui, pour une même production, on a besoin d’une surface de panneaux inférieure à 20 %, donc d’un bâtiment plus petit. Pour qui voudrait se lancer aujourd’hui, cela compenserait la hausse des coûts de construction suite à la pandémie», analyse-t-il.

Satisfait de son constructeur Albert Travaux, il l’est également d’Agriwatt avec lequel il a signé un contrat d’entretien. L’entreprise surveille à distance la production électrique du bâtiment, avertit l’exploitant et intervient sous quarante-huit heures en cas de problème. 

«Je n’ai rien à faire pour la production électrique, que deux factures par an à la Sicae», sourit Jean-Philippe Berthe. Avec une baisse de production de 0,35 %/an à cause de l’usure, les panneaux seront toujours très rentables au-delà des quinze ans, date de la fin de son remboursement. L’agriculteur s’interroge déjà pour un autre bâtiment identique au premier, afin d’y mettre à l’abri son matériel.

 

Le projet collectif photovoltaïque : un vrai plus pour les adhérents FDSEA

Un projet initié par les élus de la FDSEA 60 suite au succès de l’opération groupée de forage d’eau mise en place dans le département en 2018 et qui a permis à plus de cinquante agriculteurs de s’équiper en forage à des tarifs préférentiels. Ses objectifs sont :
- proposer une nouvelle source de diversification
- négocier collectivement des remises préférentielles grâce à notre réseau
- accompagner chacun dans son projet.
Grâce au réseau FDSEA60, les agriculteurs adhérents qui souhaitent se lancer dans un projet photovoltaïque pourront être accompagnés à chaque étape en commençant notamment par la réalisation d’une pré-étude de coût de raccordement (indicateur clé pour déterminer la faisabilité d’un projet). 
Grâce au travail de l’équipe photovoltaïque, des partenariats gagnant-gagnant obtenus après plu-sieurs concertations ont permis la signature de 3 conventions avec Agriwatt, Baudoux Construction et le Crédit agricole Brie-Picardie. Des partenariats permettant aux adhérents FD de bénéficier de remises exclusives et rétroactives en fonction du volume contracté.

Vous avez un projet photovoltaïque ? Vous souhaitez avoir plus d’informations ?
N’hésitez pas à contacter Christophe Demeester  au 06 86 65 83 24.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Entre l’activité de la ferme et la conduite du car, Pascal Degand a trouvé un bon équilibre.
Conducteur de bus et agriculteur, la double-activité heureuse
Chaque jour de la semaine, 250 bus Transdev-CAP (Les Courriers automobiles picards) sillonnent les routes régionales,…
De Tailly-l’Arbre-à-Mouches à la feria d’Alès en stop
Trois jeunes filles de Tailly-l’Arbre-à-Mouches se sont lancé le défi un peu fou de rejoindre en stop la féria d’Alès, dans les…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde