Aller au contenu principal

Un bec d’ensileuse «révolutionnaire»

Grâce à ce nouveau bec de Krone, les cannes de maïs au sol sont bien déchiquetées, donc sèchent plus vite. C’est autant moins de nourriture apportée aux parasites.
Grâce à ce nouveau bec de Krone, les cannes de maïs au sol sont bien déchiquetées, donc sèchent plus vite. C’est autant moins de nourriture apportée aux parasites.
© Alix Penichou

Une parcelle de maïs fraîchement ensilée, avec des résidus un peu partout et des petits bouts de tiges encore bien juteux, est un régal pour les parasites. Pour apporter une réponse à ce problème, les constructeurs font preuve d’ingéniosité. Krone a ainsi sorti son nouveau bec d’ensileuse XCollect, dont l’entrepreneur Guy Defacque, à Vismes-au-Val, a équipé sa Big X 1180. Sa particularité est de dissocier les fonctions de coupe et d’alimentation en deux processus différents. «La coupe est assurée par des disques à rotation rapide en forme de faucille. Grâce à l’alignement des disques pratiquement à l’horizontale, les pointes de diviseurs nécessaires sont moins nombreuses. Durant la coupe, les plants arrivent directement face au disque», explique la marque. Leur forme incurvée garantit une coupe pratiquement sans secousses et empêche les pertes d’épis. «Le principal avantage, c’est que les cannes au sol sont bien déchiquetées. Elles sont bien défibrées, donc sèchent plus vite. C’est autant moins de nourriture apportée à la pyrale, par exemple», remarque Guy Defacque.

Le conducteur, lui, peut adapter le régime et donc la fréquence de coupe en fonction de la récolte et des conditions. L’alimentation du maïs dans l’ensileuse se fait toujours sur le principe éprouvé du collecteur, qui demande une puissance d’entraînement minime. Ainsi, les tiges de maïs sont alimentées longitudinalement et amenées bien ordonnées aux rouleaux de pré-compression ainsi qu’à l’éclateur, pour un ensilage de qualité. «Grâce à l’adaptation de la vitesse du collecteur équipée de série, le transfert homogène des tiges de maïs dans les rouleaux d’alimentation est assuré, quelles que soient les longueurs de coupe souhaitées et les conditions de travail – même pour le maïs versé.» Pour ce qui est de cette longueur de coupe, et de la taille des morceaux, Guy Defacque insiste : «Nous pouvons faire ce que nous voulons avec la machine, mais c’est bien à l’éleveur de nous préciser ce qu’il souhaite.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde