Aller au contenu principal

Biostimulants
Un biostimulant à base d'urine humaine commercialisé

La commercialisation de cette solution est l'oeuvre de la start-up Toop Organics spécialisée dans la transformation et la valorisation de l'urine humaine en biosolutions agricoles.  

biostumulant
© Toopi Organics

La start-up Toopi Organics a annoncé le 24 octobre la commercialisation en France et en Europe (Belgique, Grèce, Espagne, Italie et Portugal) de Lactopi Start, un biostimulant produit avec de l’urine humaine, naturellement riche en azote, phosphore, potassium et facteurs de croissance.

Concrètement, l'urine collectée auprès d’établissements accueillant du public est d'abord stabilisée puis hygiénisée. Une souche spécifique de Lactobacillus paracasei – une bactérie lactique – est ensuite multipliée dans le milieu urino-sourcé à l'intérieur de fermenteurs. La formulation liquide finale de Lactopi Start est enfin conditionnée pour sa commercialisation dans les réseaux classiques de distribution agricoles.

« Si l’idée d’utiliser l’urine comme engrais n’est pas nouvelle, l'idée de Toopi Organics est complètement innovante : l'urine n'est plus utilisée comme fertilisant, mais comme milieu de culture pour des micro-organismes améliorant la capacité des plantes à absorber les nutriments naturellement présents dans l'environnement », précisent Michael Roes, fondateur de Toopi Organics et Alexandra Carpentier, directrice générale.

Depuis sa création en 2019, l’entreprise girondine a levé 8,8 M€, dont 4,5 M en subventions ou avances remboursables. Elle cherche actuellement à lever de nouveaux fonds.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde