Aller au contenu principal

Un candidat de L’amour est dans le pré privé de speed-dating

La production de l’émission de dating qui propose de jouer les entremetteurs entre des agriculteurs célibataires et des personnes en quête d’une relation amoureuse qualifie le sort de David d’inédit. 

Il se passe toujours quelque chose dans L’amour est dans le pré. Alors que les candidats de la nouvelle saison – c’est la 18e - de L’amour est dans le pré ont tous reçu des lettres de prétendant(e)s depuis la diffusion de leur portrait, la situation vécue par David est inédite. L’agriculteur de Bourgogne-Franche-Comté n’a, en effet, jusqu’à présent, reçu aucun courrier. 

David est installé depuis 2005 avec deux de ses frères dans une exploitation agricole qui gère un cheptel de 450 vaches réparties sur 400 hectares. Ils cultivent également du maïs, du blé, de l'orge, du soja et du chanvre. Avec ses frères, ils ont su trouver une organisation pour permettre à chacun de partir en vacances.

Pour créer un déclic et susciter un intérêt pour le portrait de David, la production a lancé le 25 avril un nouvel appel en prolongeant la période au cours de laquelle il est possible de lui écrire. Dans une vidéo où on le voit parler de sa situation avec l’animatrice du programme Karine Lemarchand, l’éleveur de 42 ans regrette que le portrait que la production a fait de lui ne montre pas son «côté joyeux». «Si la personne ne m’écrit pas, elle ne pourra pas le découvrir», explique-t-il. Et d’ajouter que «mon problème, c’est que parfois je parle très très vite.» 

 

«Belle région, bons vins, bons fromages et beaux mecs»

Sans langue de bois, Karine Lemarchand confie à David «qu’on ne comprend pas toujours ce que tu dis, et parfois tu as la langue qui zozote.» «Peut-être que ça leur fait peur, je ne sais pas. Elles se disent qu’elles ne vont pas me comprendre, donc elles ne m’écrivent pas», répond David pour qui le casting reste donc ouvert. Son profil de prétendante «idéale» est «une femme de 35 à 45 ans». Karine Lemarchand, qui assure que dès qu’une lettre «providentielle» sera adressée à l’éleveur-céréalier bourguignon, «on te la transmet», se dit également «hyper confiante». 

Pour séduire une prétendante, David mise sur l’humour et sa joie de vivre : «J’habite une super région. Il y a du bon vin, du bon fromage, il y a des beaux mecs comme moi.» Et de conclure son portrait par une invitation enjouée : «Rendez-vous à la ferme, avec les valises, les bottes et la cotte».

Selon nos confrères du journal Le Parisien, «de mémoire de fans de l’émission, un tel cas n’est jamais arrivé. Alors que tous les autres candidats ont déjà enregistré des speed-datings, personne n’est (encore) venu le rencontrer».

 

Pour lui écrire :

- par courrier à l’adresse suivante : L’Amour est dans le Pré – David – TSA 21234 – 75 070 Paris

- par mail à lamourestdanslepre@m6.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde