Aller au contenu principal

Main-d’œuvre
Un concours pour valoriser les agents régionaux du remplacement

Ils sont des éléments de plus en plus sollicités dans toute la région. Eux, ce sont les agents du service de remplacement. Jeudi 15 juin, lors des Journées régionales de l’herbe à Haut-Lieu (59), un concours les a mis en lumière. L’occasion de leur donner la parole.

À entendre les exclamations et les rires qui fusent du large stand qu’ils occupent, l’un des objectifs de la première édition du concours régional des agents de remplacement - faire connaissance et créer une cohésion d’équipe - est déjà bien rempli. Ce jeudi 15 juin en début d’après-midi, ils sont 29 agents à être venus de part et d’autre des Hauts-de-France, du Nord et de ses deux antennes (Nord Réso et Thiérache-Hainaut), de la Somme ou encore de l’Oise. Des jeunes et moins jeunes, des femmes et des hommes, réunis dans la bonne humeur avant de s’affronter devant un jury de professionnels pendant deux jours et sur cinq épreuves : soudure, contention, conduite d’engins, reconnaissance de graines et passage de consignes…

 

Valoriser un métier qui manque de bras

Un concours tout neuf pour mettre en lumière les agents de remplacement, les valoriser et attirer de nouveaux candidats car le service régional est en recherche constante de main-d’œuvre. Pour cela, l’objectif est de montrer qu’être agent de remplacement, c’est savoir tout faire, ou presque. «Les cinq épreuves du concours, c’est ce qui fait le quotidien des agents, résume Clélia Chevalier, déléguée régionale. Congés de maternité ou paternité, vacances, arrêt maladie, répit, formation ou encore mandat syndical, ils sont appelés à remplacer pour plusieurs motifs et pour plusieurs activités.» 

Traite, maraîchage, conduite d’engins agricoles… Dans les Hauts-de-France, ils sont près de 600 agents et les contrats et profils sont variés. Émilie Walemme, originaire de Colleret près de Maubeuge, a 21 ans et fait partie de ces jeunes qui ont choisi cette voie. «J’ai été embauchée en CDD pendant un an et depuis six mois, je suis en CDI. J’aimerais bien faire ça encore quelques années, quand mes parents seront en retraite, je reprendrai leur ferme.» 

En attendant, la jeune femme s’épanouit dans son job : «Je ne me voyais pas faire des années d’études, je préfère apprendre sur le tas. C’est de la pratique tout le temps, tout le temps !» Formée à la soudure grâce au service de remplacement, elle participe à cette épreuve lors du concours.

Candice Vandertische, autre participante, confirme : «Les vaches sont toutes différentes, les fermes sont toutes différentes. C’est ce qui me plaît, toutes ces choses qui diversifient le métier. D’un jour à l’autre, d’un endroit à l’autre, ce n’est pas pareil.» Pour les deux jeunes femmes, la polyvalence est le maître-mot de leur métier. À leurs côtés, Vincent Lebleu ne dément pas, loin de là. À 53 ans, il est de ces profils différents qui composent le service de remplacement. Basé à Nieppe dans le Nord, il est agent depuis trois années après avoir fait du conseil en élevage et avoir été gérant d’une exploitation. Il loue «la force d’adaptation» de l’agent de remplacement lors de missions qui peuvent durer six mois comme une seule matinée, selon les «évènements heureux ou malheureux». Le plus "vieux" des participants au concours conseille aux jeunes et aux moins jeunes de se lancer dans l’aventure. «On voit différents points de vue, il y a beaucoup d’échanges, explique-t-il. Et puis la reconnaissance des personnes chez qui l’on va, c’est important aussi.»

Sélection pour la finale nationale

Vincent, avec Candice, participe à l’épreuve de contention lors de laquelle ils doivent mener le bovin à la cage de contention et lui faire réaliser un petit circuit, le tout en étant chronométré. Une façon de montrer tout leur savoir-faire avec, quand même, un peu de challenge car le gagnant de chaque épreuve gagne sa place pour le concours national lors de Terre de Jim, les 8, 9 et 10 septembre prochain à Cambrai. «On s’est dit qu’il fallait s’entraîner et apprendre à se connaître pour ensuite représenter les Hauts-de-France», explique Clélia Chevalier, avant de glisser dans un grand sourire : «Ce sera chez nous, on espère bien gagner !»

Le palmarès du concours régional 

Soudure : Nicolas d’Hermy (Oise)
Contention : Océane Lemetayer (Oise)
Conduite : François Boutin (Nord Réso)
Reconnaissance de graines : Rudy Pomart (Somme)
Passage de consignes : équipe Nord Thiérache. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde