Aller au contenu principal

Elevage insolite
Un Far west aux Autruches pointe le bout de son bec

Voilà deux ans que Cyril Morisset et Victor Capitanio, picards d’origine, ont posé leurs valises et celles de leurs animaux à Dancourt (76), dans le Pays de Bray.
Ils y ont ouvert le Far west aux Autruches, une ferme pédagogique avec hébergement insolite. Ils espèrent pouvoir élever des autruches pour valoriser leur viande. 

L’autruche a toujours intrigué Cyril Morisset. «Je n’explique pas pourquoi. J’ai toujours rêvé d’en avoir une.» Avec son associé, Victor Capitanio, ils ont décidé de le réaliser, et de faire de leur passion pour les animaux leur métier. «Nous habitions à Thieux (60), près de Beauvais, où nous avions déjà toutes sortes d’animaux : kangourous, moutons, chèvres, chevaux, alpagas... Un peu par hasard, nous avons découvert ce domaine de 6 ha, à Dancourt (76), et nous avons eu un vrai coup de cœur», raconte Cyril. 

Le lieu bucolique, traversé par l’Yères, bordant la forêt d’Eu, qui offre un panorama imprenable sur les plaines brayonnes, est propice au tourisme. «Nous voulions aussi partager notre amour pour les animaux. Dans l’Oise, nous accueillions déjà l’école de la commune chaque année. Le principe d’une ferme pédagogique nous plaisait bien.» Les associés ont également développé l’hébergement insolite avec, pour l’instant, un chalet de deux personnes et un tipi de dix places. Le Far west aux Autruches, né juste avant le premier confinement, a connu sa première vraie saison cet été. «C’était une très belle saison, rythmée par des journées à thème que nous animons.» 560 personnes participaient notamment à la journée country en juillet. «On a réussi à servir tout le monde pour le déjeuner.»

 

La perte du reproducteur, un coup dur

Si le concept est viable, Cyril et Victor espèrent désormais le développer. Ils comptent notamment sur leur élevage d’autruches, qu’ils espèrent pouvoir démarrer prochainement. «Nous avons accueilli notre trio reproducteur – un mâle et deux femelles – le 7 mars 2021.» L’animal, plutôt rare, ne s’achète pas aussi facilement qu’un mouton. Comptez environ 5 000 € pour un jeune individu, quand celui-ci est disponible. Ce mois de décembre, les jeunes éleveurs font cependant face à un coup dur. Le mâle, acheté à un an, avait enfin atteint l’âge pour pouvoir reproduire, mais vient de mourir. «Il s’est fait mordre par un renard. L’autopsie du vétérinaire est formelle. Il devait être couché et aurait été pris par surprise. On n’en revient pas», souffle encore Cyril. 

L’autruche n’est pourtant pas un animal sans défense. «Avec ses pattes puissantes dotées d’une grosse griffe, ils peuvent éventrer un lion.» Pour pouvoir monter son élevage, Cyril a d’ailleurs dû passer un certificat de capacité (délivré à la suite d’un examen passé en Préfecture sous contrôle de la DDPP), et un numéro d’autorisation d’ouverture d’élevage. De grands parcs, (500 m2 par animal reproducteur et 250 m2 par animal d’élevage) ont été construits, avec de solides clôtures grillagées de près de 3 m de haut. «On pourra élever quarante bêtes à l’hectare.» Ces animaux ne seront visibles que quelques dimanches par an, à la belle saison. «C’est très réglementé.»

 

Une filière locale à créer

Les associés comptent surtout développer un marché de la viande d’autruche en circuit court. Cette viande rouge, «tendre, hyper protéinée et très goûteuse», sera à déguster au saloon, le restaurant du Far west aux Autruches, et sera proposée en vente directe. Elle se vend entre 30 et 45 €/kg selon les morceaux. La filière de niche semble prometteuse. Sur les près de 5 000 t de viande d'autruche consommées en Europe chaque année, seules 1 500 seraient produites en France. 

Mais les contraintes sont réelles. Une d’entre elles réside en l’abattage, qui doit être réalisé dans un atelier conçu à cet effet ou dans un abattoir de volailles possédant une chaîne de manipulation adaptée à la taille des ratites (chaîne d’abattage spécifique). Des structures rares en France, ce qui augmente considérablement les coûts d’abattage, à cause du transport. «Nous serons obligés d’aller près d’Orléans pour cela», regrette Cyril. La découpe, elle, sera faîte sur place. On a hâte d’y goûter.

Une reproduction particulière

Les autruchons prennent 1 cm par jour.


L'autruche est aujourd’hui élevée pour sa viande, sa peau et ses plumes. Le cheptel existant en France est de 2 000 à 4 000 animaux, réparti sur une cinquantaine d’éleveurs ayant des cheptels de quelques animaux à plus de 300. L’autruche atteint sa maturité sexuelle à deux ans pour la femelle et à plus de trois ans pour le mâle. Elle peut se reproduire pendant quarante ans. La saison de ponte commence au mois d'avril et se termine vers octobre. Un œuf est pondu tous les trois jours, soit une moyenne de trente à soixante œufs dans la saison, avec une incubation de quarante-deux jours. «Mais la perte est en général assez élevée», explique Cyril Morisset. L'œuf d'autruche pèse 1,7 kg en moyenne et équivaut à 24 œufs de poule. «Dans la nature, toutes les femelles du groupe pondent dans le même nid, mais c'est le mâle et la femelle dominante qui couvent les œufs. Chez nous, ils iront en couveuse.» À la naissance, les autruchons mesurent environ 20 cm et pèsent entre 800 g et 1 kg. Leur croissance est très rapide : «ils prennent 1 cm par jour.» Elles seront élevées treize mois avant d’être abattues. 

Quels drôles d’oiseaux

Les autruches appartiennent à la famille d'oiseaux appelés ratites (oiseaux coureurs), espèce qui rassemble également les émeus, nandous, kiwis, et casoars. C’est le plus grand oiseau vivant, appartenant à une ancienne lignée, de plus de 60 millions d'années d'existence. Avec ses longues pattes, l'oiseau fait des enjambées de 6 m, à une vitesse de plus de 70 km/h. Le mâle adulte pèse environ 130 à 160 kg, et la femelle 110 à 130 kg. Cet oiseau mesure de 2,15 à 2,45 m. L'autruche a deux doigts, dont un seul est pourvu d'un ongle, doté d’une puissance de frappe est de 400 kg à l'impact. Sa durée de vie est en moyenne de soixante-cinq ans. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde