Aller au contenu principal

Un label d’excellence pour la CRC avec «zéro résidu de pesticides»

Le GIE CRC (Culture raisonnée contrôlée), qui revendique 10 % des blés écrasés par la meunerie, souhaite devenir « la référence des filières végétales d’excellence sur les plans économique, environnemental, sociétal », a-t-il annoncé le 3 décembre, ouvrant des chantiers notamment dans la santé avec le « zéro résidu de pesticides ».

Sa stratégie à l’horizon 2023 repose sur un positionnement en «label qui va nourrir le discours des marques» avec une organisation depuis le producteur jusqu’au distributeur, a déclaré en AG le directeur Marc Bonnet. La filière CRC se veut «le terreau des SIQO (signes officiels d'identification de la qualité et de l'origine, NDLR) et marques premium».

Quatre promesses au consommateur sont mises en chantier. Dans le domaine de la santé, la filière CRC vise le zéro résidu de pesticides, après avoir abandonné très tôt les insecticides de stockage. Une qualification des apports nutritionnels est aussi envisagée pour les différents produits de la gamme. En matière de biodiversité, le GIE affiche déjà des pratiques agricoles favorables à la protection de la faune et de la flore. Son ambition est d’aller jusqu’à «un impact positif», avec éventuellement le passage du niveau 2 au niveau 3 de la certification HVE. La filière CRC prévoit une traçabilité depuis l’exploitation jusqu’au consommateur. Sur le plan de la durabilité, il s’agit de mettre en place «une fixation de prix pluriannuels», de bâtir «une Responsabilité sociétale de la filière».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde