Aller au contenu principal

Un nouveau directeur et une nouvelle dynamique qui fixent le cap pour 2020

Le groupe coopératif agro-industriel dresse le bilan des six dernières années et engage un projet à l’échelle de l’entreprise.

Cédric Cogniez, directeur général du groupe Advitam, et Bertrand Hernu, président.
Cédric Cogniez, directeur général du groupe Advitam, et Bertrand Hernu, président.
© D R

«Rejoindre le groupe Advitam a été pour moi un prolongement naturel et logique dans mon engagement auprès des agriculteurs de la région», a affirmé Cédric ­Cogniez, directeur général du groupe depuis le 5 mai dernier, lors de sa présentation à la presse. L’arrivée de ce Franc-Comtois d’origine, ancien conseiller de CER France Nord-Pas de Calais, permet au groupe d’appréhender le lancement d’un nouveau projet d’entreprise pour 2020. Une période qui fait suite à une phase de développement conséquente depuis 2008.

2008-2013 : régionalisation et extension des activités
Une page, marquée d’importantes évolutions pour le groupe régional, se tourne. «Depuis 6 ans, le groupe a beaucoup évolué, confirme Bertrand ­Hernu, président ­d’Advitam. La coopérative ­Unéal a organisé ses activités autour d’une régionalisation forte, dans le but de renforcer la proximité avec ses adhérents et de donner du corps à chacune de ses activités».
En parallèle, le groupe a multiplié les extensions. Au niveau du négoce, Grainor, devenu ­Ternoveo en se rapprochant des Ets Hubau, vient d’être classé 2e négoce français et 1er au nord de Paris. «Notre ambition est de rationaliser et d’être le plus compétitif plutôt que le plus gros», souligne le président. Aussi, les Ets ­Berquet, Lebas et les Moulins ­Delsalle se sont rassemblés au sein ­d’Aliteams.
Concernant les métiers de la jardinerie, Vertdis a désormais étendu son réseau avec 30 magasins supplémentaires et est passé sous l’enseigne Gamm Vert. Plein Champ a récemment accueilli Agrifibres et Flocéal (aliments) pour développer ses gammes. «L’objectif à terme est de rassembler les trois sociétés sur un site commun», a annoncé Cédric ­Cogniez.
Enfin, le pôle machinisme a étendu son territoire avec l’arrivée des Ets Verhaeghe et a structuré son réseau avec quatre sociétés.
«Sur la période, le chiffre d’affaires est donc passé de 772 M€ à 1,349 Mds €, les collaborateurs, de 1 572 à 2 225 et les capitaux propres de 117 à 215 M€», évalue Bertrand Hernu. De même, l’organisation a été optimisée : augmentation de la capacité de stockage des céréales de 90 000 t, diminution de 20 % de la marge collecte, du coût transport céréales de - 2,81 €/­t et de celui des aliments de - 3,60 €/­t.

Une année de réflexion interne
«Le groupe se porte bien et doit pérenniser ses investissements. dorénavant un nouveau grand chantier s’ouvre à nous. L’heure est aujourd’hui à l’élaboration d’un nouveau projet d’entreprise à l’échelle de toutes nos composantes», a fait part Cédric ­Cogniez. Il s’agit de définir la stratégie et le cheminement du groupe Advitam à l’horizon 2020. «L’ensemble des adhérents, élus et collaborateurs seront associés à la construction de ce projet qui ambitionne de développer de la valeur ajoutée sur le territoire par les innovations, les services et les filières structurantes», explique le directeur. Les réflexions et les travaux avec le conseil d’administration et les comités de direction ont débuté. Le groupe estime qu’un an de travail sera nécessaire afin d’aboutir à la dimension finale du dossier en juin 2015.

Projets et investissements en 2014
Durant cette période, d’autres projets poursuivent leur cours. En machinisme, Casa prépare le transfert des sites Casa Service machine et Casa ­Agripro, actuellement sur la même base à Tilloy-lès-­Mofflaines. De son côté, ­Vertdis continu le développement de «Panier de mon terroir», un rayon qui commercialise les produits issus de l’agriculture locale via un réseau de proximité. Des essais ont été effectués dans sept magasins de la région jusqu’au bassin parisien avec une volonté, à terme, de créer un magasin qui effectuerait uniquement la distribution de produits fermiers. «C’est un dossier qui monte en puissance, indique Bertrand ­Hernu. L’agriculture de demain est faite de différents modèles, créateurs de valeurs, qu’il ne faut surtout pas opposer».
Enfin, trois sites de collecte sur le territoire d’­Advitam vont connaître une extension de leur capacité avant le début de la récolte des céréales : ­Frencq (+ 9 000 t) pour arriver à 18 000 t, ­Nempont (+ 5 000 t) pour arriver à 14 000 t et ­Haulchin (+ 36 000 t) pour arriver à 98 000 t.
Dans ce domaine, selon les responsables du groupe, le potentiel des champs régionaux est globalement bon et la récolte 2014 pourrait intervenir avec une dizaine de jours d’avance par rapport aux années classiques selon les conditions climatiques du mois de juin.


EN CHIFFRES
Le groupe Advitam
CA consolidé : 1,349 Mds €.
Agriculteurs : 12 000.
Effectifs : 2 105.

ZOOM SUR...

Deux rendez-vous "grand public" et technique majeurs

Terres en Fête : Advitam sera présent les 13, 14 et 15 juin prochains pour la 11e édition de Terres en Fête. Sur un espace de plus de 8 500 m2, les différentes activités du groupe seront représentées. Pour la première fois, un restaurant «À la table d’Advitam» sera ouvert au public afin de mettre en avant les produits d’agriculteurs locaux, qu’ils soient fournisseurs du rayon «Panier de mon terroir» dans les Gamm Vert ou adhérents de l’association La Collégiale qui valorise la production porcine régionale. «C’est un événement important pour nous, il est nécessaire d’envoyer un message positif de l’agriculture et de l’agro-industrie régionale, secteurs porteurs d’avenir et demandeurs d’emplois», explique Bertrand Hernu.
- Techniday : trois jours plus tard, le 18 juin à Vermelles (62), le groupe présentera ses parcelles d’essais lors de Techniday, les rencontres techniques de la coopérative Unéal. «Il s’agit d’un nouveau site sur lequel nous allons organiser pendant 5 ans nos visites d’essais dans une logique rotationnelle, développe Cédric Cogniez. L’idée est de suivre au mieux les expériences, de rester performant mais aussi de se projeter en fonction des évolutions à venir. Nous avons le devoir de regarder plus loin, de trouver des solutions innovantes et alternatives». Blé, escourgeon, maïs, colza, betteraves, pommes de terre, prairies et cultures légumières ; les agriculteurs pourront découvrir en libre circulation les différentes espèces et variétés implantées pour l’occasion mais aussi les outils d’aide à la décision (démonstration de drônes, RTK, téléguidage...).
Tout au long de la journée, la présence de techniciens et de partenaires dans les parcelles permettra d’échanger. Des conférences seront également organisées autour de grandes thématiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde