Aller au contenu principal

Un nouveau souffle pour les candidats à l’installation

Lancement d'un fonds d’investissement pour accompagner les meilleurs projets agricoles.

Serge Préveraud, président de la FNO : «il faut simplifier les choses, on est là pour réussir».
Serge Préveraud, président de la FNO : «il faut simplifier les choses, on est là pour réussir».
© Laurence Geffroy

Ala base, c’est la Fédération nationale des éleveurs ovins (FNO) qui a lancé l’idée du fonds d’investissement. Son président, Serge Préveraud, voulait «donner à l’élevage ovin les moyens pour affronter les marchés». La solution a été trouvée par l’ouverture de l’agriculture aux capitaux extérieurs pour l’élevage ovin dans un premier temps puis sera étendue aux autres productions. Dénommé Labeliance agri, ce fonds a pour objectif d’aider l’installation des jeunes agriculteurs et la transmission des exploitations ; la modernisation et l’extension des projets agricoles ainsi que la diversification dans les énergies renouvelables.L’objectif est de collecter 20 millions d’euros d’ici le 12 juillet 2013. Ensuite, une levée de fonds sera organisée tous les ans à hauteur de 50 millions d’euros.

- A qui profite le fonds ?
Priorité donnée aux candidats à l’installation. Souvent, ils n’ont pas assez de capitaux propres pour obtenir un prêt des banques. En passant par le fonds de financement, ils obtiendraient ainsi des capitaux (avec 2 % de taux d’intérêt) qui leur permettraient d’emprunter et bénéficieraient d’un accompagnement technique et financier. Ils devront ensuite rembourser le fonds sur une période de 8 à 10 ans. Labeliance agri est aussi destiné aux exploitants souhaitant financer de nouveaux projets.

- Comment investir ?
L’investissement de base est de 30 000 euros. L’investisseur bénéficie d’un fort abattement fiscal (abattement net réel estimé à 63,75 %) notamment pour les droits de donation, de succession et pour l’ISF. L’investissement est non plafonné en âge et en montant et se déroule sur une période de 8 à 10 ans. Le fonds est géré par Labeliance Invest.

- Comment en bénéficier ?
Une interface entre les agriculteurs et les investisseurs a été créée : c’est le groupement d’utilisation de financements agricoles (Gufa). Le Gufa présélectionne les projets par la compétences des candidats (formation, expérience, vision stratégique, etc.), la qualité du projet et l’objectif d’amélioration des performances dans le cadre d’une reprise ou d’un développement d’activité. Une fois le projet sélectionné, le Gufa - qui a pour vocation d’être géré par des agriculteurs - donnera des appuis financiers et techniques sur le dossier installation. A ce jour, une trentaine de projets en production ovine ont été recensés.

Les fonds d'investissements ont la côte

Deux autres fonds d’investissement sont également en cours de création.
- Le fonds céréaliers/éleveurs qui a pour vocation d’aider les agriculteurs à faire face à l’envolée des coûts des matières premières et à moderniser leurs installations. Ce fonds devrait être doté de 100 millions d’euros grâce à une cotisation volontaire obligatoire (CVO).
- Le fonds d’investissement agro invest. Atteignant aujourd’hui 100 millions d’euros, il a pour objectif de «doubler voir tripler» de taille. Pour la partie agroalimentaire, un appui de la banque publique d’investissement a été sollicité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde