Aller au contenu principal

Un nouvel effritement de la production en 2015

Conséquence de la crise de l’élevage, les fabrications d’aliments composés se sont inscrites sur une tendance baissière en 2015, à l’exception des aliments dédiés aux volailles.

Les aliments bovins ont connu la plus forte régression en valeur relative, - 4,5 %, à 3,35 Mt.
Les aliments bovins ont connu la plus forte régression en valeur relative, - 4,5 %, à 3,35 Mt.
© J.-C. Gutner

Selon Coop de France nutrition animale et le Syndicat national des industriels de la nutrition animale (Snia), la production française d’aliments du bétail a accusé, en octobre 2015, une baisse de 2,2 % par rapport à octobre 2014. Toutes les catégories d’aliments sont affectées : - 5,5 % pour les aliments bovins, - 3,7 % pour les aliments porcs et - 0,3 % pour la volaille. Il faut néanmoins pondérer ce bilan mensuel par le fait qu’octobre dernier comportait un jour ouvré de moins que son homologue de 2014. Les statistiques sur les dix premiers mois de l’année sont beaucoup plus représentatives de la tendance de l’activité de l’industrie de l’alimentation animale, avec des situations contrastées selon les catégories d’aliments.
Globalement, sur cette période, la production d’aliments composés s’est effritée de 0,5 % par rapport à l’année précédente, avec 16,59 Mt. Les aliments bovins ont connu la plus forte régression en valeur relative, - 4,5 %, à 3,35 Mt. La baisse des fabrications d’aliments porcs s’est poursuivie, à un rythme néanmoins ralenti, - 1,8 %, avec 4,11 Mt. Enfin, les aliments composés pour volailles ont confirmé leur dynamisme, en progressant de 1,6 %, à 7,1 Mt.
Pour l’ensemble de l’exercice 2015, les estimations de Coop de France et du Snia portent sur une légère érosion des fabrications, de 0,5 %, qui atteindraient 21,1 Mt. La baisse de production atteindrait particulièrement les aliments pour bovins avec - 2,5 %. Les fabrications d’aliments bovins passeraient en effet sous la barre des 6 Mt, malgré la progression des aliments mash qui se situeraient à 1 Mt, soit + 7 %. La baisse des aliments porcs est annoncée à - 1,5 %, le volume total s’affichant à 5,1 Mt. Cette régression confirme une tendance lourde, mais se ralentit cependant.

Moindre utilisation de céréales
Enfin, la volaille constitue le plus gros débouché pour l’industrie de la nutrition animale. Il est prévu pour l’année 2015, à 8,8 Mt, en progression de 2 % sur 2014. Les observateurs de Coop de France et du Snia notent cependant de fortes disparités dans l’ensemble global du secteur volailles ; les spécialités poulets de chair traduisent la dynamique de ce secteur avec une progression de 4 %, alors que le repli des spécialités pour dindes, - 1,3 %, reflète les difficultés de cet élevage.
La réduction des fabrications d’aliments composés a un impact direct sur les utilisations de céréales par l’industrie de l’alimentation animale. Ainsi, pour les trois grandes céréales fourragères, blé, orge et maïs, on devrait enregistrer, selon les derniers bilans prévisionnels de FranceAgriMer, une légère érosion des incorporations en 2015-2016 : 9 Mt contre 9,1 Mt en 2014-2015. Globalement, la différence est minime, mais les transferts entre les catégories de céréales sont importants. Ainsi, le blé prendrait le pas sur le maïs, avec 5 Mt contre 4,4 la dernière campagne, le maïs rétrogradant de 3,7 à 2,9 Mt alors que l’orge progresserait de 10 %, avec 1,1 Mt. Le rapport des prix jouant à fond sur la demande de telle ou telle céréale par l’industrie de l’aliment du bétail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde