Aller au contenu principal

Circuits courts
Un partenariat avec La Charrette, le réseau social de la logistique locale

La Chambre d’agriculture de la Somme noue un partenariat avec La Charrette. Ce réseau a pour but de faciliter la logistique locale pour les producteurs locaux de la région.

Le but de la plateforme La Charrette est de favoriser l’échange entre les producteurs locaux pour faciliter la logistique locale.
Le but de la plateforme La Charrette est de favoriser l’échange entre les producteurs locaux pour faciliter la logistique locale.
© Pixabay

La Chambre d’agriculture de la Somme vient de signer un partenariat avec le réseau La Charrette pour apporter une solution de logistique locale aux agriculteurs engagés dans les circuits courts. Laura Giachero en est la co-fondatrice depuis huit ans. Pour elle, malgré des cas de figure différents, une mutualisation est possible : «Cela fait huit ans que l’on travaille sur le projet, on veut permettre à l’offre et à la demande de se rencontrer», expliquait-elle le lundi 11 mars lors d’une présentation de ce service à une dizaine de producteurs de la Somme.

C’est en 2019 que la charrette.org voit le jour. Le principe ? Un site de co-livraison permettant à un producteur de mutualiser ses livraisons en France avec d’autres expéditeurs, via 4 500 transporteurs locaux. En 2021, le site fait un bond vers la Bourse de Fret, ce qui permet d’inclure les transporteurs professionnels : «On a eu beaucoup de demandes et on s’est vite fait déborder», explique Laura Giachero.

Plus récemment, il y a quatre mois, le site évolue vers une forme de réseau social de la logistique locale, basé sur la co-livraison et la mutualisation. «On a ajouté dans la boucle des acteurs locaux comme les grossistes, mais aussi les acteurs de la consigne. On a un potentiel de mutualisation important. On permet au producteur de livrer et d’identifier des acheteurs sur le trajet», commente la fondatrice de La Charrette.

 

Mutualisation des transports

L’objectif est de maximiser les rencontres entre producteurs pour mutualiser les transports. Il faut ainsi pouvoir massifier les livraisons tout en massifiant les commandes. La Charrette a également la possibilité de mettre en relation des petits producteurs qui font le même trajet afin de limiter les coûts de transport. «Il faut développer la gouvernance financière en co-livraison, plusieurs idées se valent. La clé, c’est la discussion», ajoute Laura Giachero.

Pour pouvoir utiliser ce réseau, une inscription gratuite est à réaliser. Aujourd’hui, le réseau rassemble 1 000 producteurs en France et 4 500 transporteurs sur le territoire. Dans la Somme, une centaine de producteurs sont déjà inscrits ainsi que 30 transporteurs, à 50 kilomètres autour d’Amiens. Pour profiter de toutes les fonctionnalités de recherche sur le réseau, un abonnement est nécessaire. Le tarif (de base) est de 50 € à l’année. Néanmoins, grâce au partenariat entre La Charrette et la Chambre d’agriculture de la Somme, ce tarif est ramené à 35 €. Enfin, on notera que la première année est gratuite pour les vingt premières adhésions aux membres de la SAS Somme produits locaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde