Aller au contenu principal

Alimentation animale
Un picard à la tête des entreprises coopératives de nutrition animale

Depuis le 1er décembre, la Coopération Agricole Nutrition Animale a un nouveau président en la personne du samarien David Saelens (Novial & Noriap). Il succède à Jean-Luc Cade qui assurait la présidence depuis 2006.

David Saelens
David Saelens, à l'occasion d'une assemblée générale de Novial.
© AAP

Dans les Hauts-de-France, et plus particulièrement dans la Somme, l’engagement de David Saelens dans la gouvernance d’entreprises coopératives n’est plus à démontrer. Âgé de 56 ans, il est en effet agriculteur et éleveur de bovins allaitants à Offignies (80) -, et président du conseil de surveillance de Novial et vice-président de Noriap.

Le 1er décembre dernier, à l’issue d’un conseil de section de La Coopération Agricole Nutrition Animale, il a succédé à Jean-Luc Cade (Garun-Paysanne) à sa présidence. La Coopération Agricole Nutrition animale représente l’ensemble des entreprises du secteur coopératif impliquées dans la nutrition animale – on en compte une quarantaine -, qu’il s’agisse d’aliments composés ou de spécialités nutritionnelles pour animaux d’élevage. Elle réalise un chiffre d’affaires de 4,3 milliards d’euros et concentre 60% du marché français de l’aliment composé. 

A la présidence de la section Nutrition Animale, David Saelens souhaite « renforcer les interactions avec les filières animales de La Coopération agricole afin de développer la prospection et l’anticipation des enjeux », détaille un communiqué de l’organisation. L’accent de son mandat sera ainsi porté sur trois dossiers en particulier : la réduction de l’empreinte carbone : en continuant notamment le déploiement de Duralim afin de lutter contre la déforestation importée ; l’amélioration continue de la sécurité des salariés ; la restauration de la souveraineté alimentaire : en travaillant à relocaliser des filières de protéines végétales comme le soja, la féverole, le colza ou le lupin.

Si le nouveau président de la Coopération agricole alimentation animale entend « faire travailler main dans la main avec les filières animales et végétales », c’est, assure-t-il, « pour continuer à produire une alimentation de qualité et contribuer à restaurer la souveraineté alimentaire française. Cette synergie entre les filières est essentielle au développement des filières animales durables, résilientes et compétitives ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde