Aller au contenu principal

Un plan pour renouveler la forêt des Hauts-de-France

Le programme régional de la forêt et du bois (PRFB) des Hauts-de-France vient d’être élaboré. Il a pour objectifs de mobiliser davantage et mieux la ressource, selon les principes de la gestion durable, et de dynamiser la filière bois ces dix prochaines années.

Bûcheron(ne), agent(e) forestier(e), conducteur(rice) d’engins, opérateur(rice) de sylviculture... Le programme régional de la forêt et du bois (PRFB) veut valoriser les métiers de la filière, parfois trop méconnus.
Bûcheron(ne), agent(e) forestier(e), conducteur(rice) d’engins, opérateur(rice) de sylviculture... Le programme régional de la forêt et du bois (PRFB) veut valoriser les métiers de la filière, parfois trop méconnus.
© Pixabay



Après plusieurs années de travaux, un plan éclot. Le programme régional de la forêt et du bois (PRFB) 2020-2030, charpenté par la Draaf* des Hauts-de-France et les acteurs de la filière (entreprises, fédérations, associations...), prend forme. Il fixe pour les dix années à venir les orientations forestières du territoire.

Pourquoi un tel plan ?
En application de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (Laaf), l’État a élaboré un programme national de la forêt et du bois (PNFB), qui a été approuvé par décret en 2017.
«Chaque région de France avait depuis l’obligation de décliner ce plan national en programme régional adapté aux particularités locales», explique Fabienne Delabouglise, déléguée générale de Bois & vous, réseau qui  structure les acteurs de la filière régionale.
Pour Élise Granget, ce dispositif vise à agir «à la fois rapidement et sur la durée» en faveur de la forêt régionale.
En effet, il y a urgence. «Nos massifs sont confrontés à des problèmes sanitaires de grande ampleur, poursuit la cheffe de service adjointe du service régional de la performance économique et environnementale des entreprises de la Draaf Hauts-de-France. La chalarose du frêne (champignon qui entraîne un dépérissement de l’arbre) décime les populations. Il y a un besoin de renouveler les peuplements.»
D’autres phénomènes alertent sur l’état de santé des bois de la région. «Les périodes de sécheresse affaiblissent les arbres, observe Élise Granget. Il faut se mobiliser dès aujourd’hui, travailler sur les essences et la préservation des forêts, pour définir et encadrer une gestion à long terme de ce patrimoine naturel.»

Environnement et économie
Afin de répondre à ces enjeux, le PRFB des Hauts-de-France s’articule autour de trois axes stratégiques. Le premier : mieux mobiliser la ressource tout en améliorant la gestion durable dans un contexte de changement climatique. «En tenant compte de la situation, il ne s’agit pas de recréer spécifiquement des boisements, mais de replanter les arbres que l’on coupe, car on ne le fait pas assez», souligne Fabienne Delabouglise.
Le second volet du programme aspire à structurer la filière et développer les marchés. «Il existe de nombreux débouchés pour le bois, matériaux écologiques, affirme Élise Granget. La construction de bâtiments, notamment agricoles, avec du peuplier, en fait partie.»
Le troisième axe vise à renforcer la compétitivité régionale en cohérence avec la transition écologique et énergétique. «Un travail de fond est à mener pour faire connaître les métiers des filières bois et forêts, remarque la responsable de la Draaf. Le développement économique est au cœur du PRFB mais il ne doit pas se faire au détriment des enjeux sociétaux et environnementaux.»
Des ambitions et des intentions pour faire grandir la plus petite surface forestière du pays qu’est celle des Hauts-de-France.

* Draaf : direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt Hauts-de-France.



Une consultation publique ouverte jusqu’au 31 juillet

Votre avis compte. Le programme régional de la forêt et du bois (PRFB) des Hauts-de-France est soumis à consultation publique depuis le 30 juin et jusqu’au 31 juillet prochain. L’ensemble des axes du plan est disponible sur le site de la Draaf (draaf.hauts-de-france.agriculture.gouv.fr). Observations ou questions peuvent être adressées via un questionnaire en ligne ou sous format papier à la Draaf Hauts-de-France, service performance économique et environnementale des entreprises, 518 Rue Saint-Fuscien, CS 90 069 80 094 Amiens Cedex 3. À l’issue de la participation du public, une synthèse des observations sera rédigée et mise en ligne sur ce site. Le PRFB devrait ensuite être arrêté par le ministre chargé des forêts (ministre de l’Agriculture) avant la fin de l’année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde