Aller au contenu principal

Un premier CIE signé dans la Somme

Le sous-préfet à la relance Fabrice Neveu a parrainé la semaine dernière la signature du premier Contrat initiative emploi (CIE) entre un jeune diplômé en recherche d’emploi et un agriculteur de Beauval. 

La signature du premier Contrat initiative emploi de la Somme dans le secteur agricole s’est effectuée en grandes pompes, la semaine dernière. 
La signature du premier Contrat initiative emploi de la Somme dans le secteur agricole s’est effectuée en grandes pompes, la semaine dernière. 
© Vincent Fermon

Originaire de Rubempré, Clément est depuis quelques jours le premier jeune diplômé du département dans le secteur agricole à avoir signé un contrat initiative emploi (CIE). Sa mission sera de donner un coup de main à Patrick Legras, un agriculteur installé sur la commune de Beauval, et gérant d’une entreprise de travaux agricoles. Le CIE, qu’est-ce que c’est ? «Il s’agit d’un type de contrat créé en 2020 dans le cadre du Plan France Relance qui permet à l’employeur de bénéficier d’une aide à l’embauche», peut-on lire sur le site Internet du ministère du Travail, de l’emploi et de l’insertion. 

 

Aide à l’embauche et formation

Dans le cadre du plan «1 jeune, 1 solution», les employeurs du secteur marchand peuvent en effet bénéficier d’une aide financière lorsqu’ils recrutent un jeune âgé de moins de 26 ans ou un jeune reconnu travailleur handicapé en Contrat Initiative Emploi Jeunes (CIE Jeunes). L’aide à l’insertion professionnelle, attribuée à l’employeur qui recrute CIE s’élève pour 2020, à 47 % du Smic. La contrepartie pour l’employeur est l’obligation de mettre en place «un parcours insérant». Il s’agit ainsi, par exemple, de la désignation d’un tuteur au sein de l’entreprise ou de proposer une formation obligatoire.

Si ce type de contrats a déjà permis à des personnes en recherche d’emploi de décrocher un poste dans la Somme, c’est la première fois qu’il s’appliquait au secteur agricole, expliquait Sandrine Pouillaude, directrice de l’agence Pôle Emploi de Doullens. Inscrit à Pôle Emploi depuis le 1er janvier, Clément, 19 ans, ne pensait pas que sa recherche d’emploi déboucherait aussi rapidement sur une proposition. Diplômé d’un Bac Pro CGEA et d’un CS machinisme, le jeune homme a terminé un contrat d’apprentissage en août dernier. Sa force ? «C’est d’avoir su se rendre visible, notamment en ayant mis son CV en ligne», insiste Sandrine Pouillaude qui a accompagné Clément dans sa recherche. 

 

Effet «boule  de neige» attendu 

Le sous-préfet à la relance, Fabrice Neveu s’est lui aussi montré satisfait de la démarche, en espérant qu’elle en appelle d’autres : «Le moment est important puisqu’il s’agit du premier contrat initiative emploi signé dans le secteur agricole dans le département de la Somme. Nous espérons maintenant que cela donnera des idées et l’envie à d’autres exploitants», a-t-il dit. A l’échelle des Hauts-de-France, un objectif de 6 200 CIE a été fixé pour l’année 2021.  

 

Le site web de l’Apecita récompensé 

Pour la troisième année consécutive, le site Internet (www.apecita.com) de l’Association pour l’emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l’agriculture, de l’agriculture et de l’environnement (Apecita) a été élu meilleur portail de recrutement dans le palmarès édité par Statista et Les Echos. Pour réaliser ce classement, Statista et Les Echos ont enquêté auprès d’un panel de 6 500 personnes. Les critères de sélection sont la qualité de service, la communication, le rapport qualité-prix, la rapidité d’exécution des missions, le design, la structure du site… 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde