Aller au contenu principal

Un programme d’actions pour le captage de Caix

Assemblée cantonale de Rosières-en-Santerre.

Les problèmes de qualité de l’eau ont été largement abordés à cette assemblée.
Les problèmes de qualité de l’eau ont été largement abordés à cette assemblée.
© AAP

L’assemblée générale cantonale de Rosières en Santerre s’est tenue le 13 décembre sous la présidence de Jean-Michel Sailly. Avec une quinzaine de participants, elle a débuté par la visite de Lunor sous la conduite de Dominique Rouart, son directeur. Fondée en 1956, Lunor est une entreprise agroalimentaire française spécialisée dans la production et la commercialisation de pomme de terre de petits calibres et autres légumes comme la betterave rouge. Durant cette après-midi, les producteurs ont découvert le processus de transformation de leurs produits en barquette de pomme de terre sous vide.
Un autre point important a été abordé lors de l’assemblée générale : la situation hydraulique du canton et de la Somme. Suite aux graves inondations de 2001, la concentration en nitrates a fortement augmenté et à dépassé passer le seuil de potabilité, a explique Marine Josse animatrice au syndicat intercommunal d'eau potable du Santerre (Siep). Deux captages de Caix ont ainsi été déclarés prioritaires au titre du Grenelle de l’Environnement. C’est dans ce contexte que le Siep a engagé sur ce territoire, en partenariat avec l’agence de l’eau Artois Picardie, les conseils régional et départemental, une Opération de reconquête de la qualité de l’eau (ORQUE). Celle-ci a pour but de lutter contre l’ensemble des pollutions diffuses dans un périmètre déterminé. Après concertation avec le monde agricole et le monde non agricole, un programme d’actions a été lancé, comportant sept thématiques, vingt actions et 79 sous actions. Denis Delattre, secrétaire général adjoint à la Fdsea, a profité de cette intervention pour pointer un thème important du programme des élections chambre : la reconnaissance des efforts de la profession sur l’environnement. «Nous avons beaucoup fait sur le plan environnemental, cela doit être reconnu».
Enfin, Odile Dalle, juriste à la Fdsea, a fait le point sur la ligne électrique souterraine Pertain-Hargicourt.

Lunor en bref
Une coopérative fondée en 1956 par quelques producteurs de pomme de terre souhaitant valoriser leurs écarts de triage.
65 millions d’euros de chiffre d’affaires.
50 000 T de légumes transformés vendus.
3 sites de productions : Chaulnes, Plancy, Luneray.
400 collaborateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde