Aller au contenu principal

Alimentation animale
Un programme pour renforcer l’autonomie protéique des élevages

La France ne produit que la moitié des protéines dont elle a besoin. L’autre moitié est comblée par l’importation du soja de pays tiers, ce qui rend les élevages français vulnérables à la volatilité des cours. La Chambre d’agriculture de la Somme a participé aux travaux de Cap Protéines, visant à accroître l’autonomie protéique des élevages de ruminants en France. Point sur nos résultats.

Pour limiter le recours aux importations, deux possibilités existent : soit baisser l’utilisation du maïs ensilage dans les rations afin de diminuer la consommation de tourteau soja, mais cela nécessite d’utiliser plus d’herbes dans les rations, soit intégrer dans l’assolement des fourrages riches en protéines ou dans la production de graines.

C’est dans ce contexte que la Chambre d’agriculture de la Somme a participé aux travaux du programme national Cap Protéines, visant à accroître l’autonomie protéique des élevages de ruminants en France d’ici 2030. L’objectif était de mettre en place cette année, une plateforme de légumineuses fourragères pour en sortir des références sur le comportement agronomique des différentes espèces et ainsi trouver des pistes de substitution. 

Au total, ce sont 13 légumineuses qui ont été testées et implantées dans le Vimeu sur un sol argilo-calcaire le 22 septembre 2021. Une fertilisation en phosphore et potasse a été apportée avant le semis à hauteur de 60 u de P et 150 u de K.

Au niveau des espèces, nous retrouvons la vesce velue d’hiver, la fèverole, le trèfle incarnat, le pois fourrager, la vesce de Pannonie, le trèfle hybride, le trèfle de Micheli, le trèfle d’Alexandrie, la vesce de Narbonne, le trèfle vésicule, la lentille noirâtre, la vesce commune d’hiver et le trèfle Squarossum.

Une première fauche (C1) a eu lieu le 29 avril 2022 et une deuxième (C2) le 10 juin 2022 (C1 + 6 semaines). Comme nous pouvons le constater sur le graphique ci-contre nous avons eu un bon comportement des vesces à l’exception de la vesce commune d’hiver qui a subi des dégâts de gel. Cette dernière affiche un bon comportement sur les autres plateformes. Au niveau des trèfles, le trèfle vésicule et hybride n’ont pas pu être récoltés en raison d’un faible développement par rap-port aux autres. 

Peu d’espèce ont redémarré suite à la première fauche. S’agissant des trèfles, seul le trèfle Squarossum et d’Alexandrie ont eu un redémarrage rapide car plus tardifs. 

Sur la première coupe, la teneur en protéines des vesces de Narbonne, de Pannonie et velue d’hiver est très satisfaisante d’autant plus que ces espèces possèdent un bon rendement. En revanche, la valeur alimentaire des trèfles est un peu décevante. 

L’essai teste également le rendement et la valeur alimentaire des trèfles et des vesces à différents stades physiologiques. 

Plus nous avançons dans le stade, moins bonne est la valeur protéique. Cependant, la baisse est plus faible qu’un ray grass ou un seigle. Le trèfle d’Alexandrie s’est bien comporté dans l’essai en raison de l’hiver doux. Dans le cas d’un méteil d’hiver que l’on souhaite récolter tôt (fin avril), ces trois trèfles assurent un rendement et une valeur alimentaire correcte à fin avril. 

Les vesces disposent d’excellentes valeurs alimentaires. Dans l’essai, la vesce velue d’hiver se démarque pour son rendement précoce et sa valeur en protéines qui atteint presque les 30 % début avril. 

Cette expérimentation permet à la chambre d’agriculture de recommander des associations de méteils intéressantes à tester. L’association avec une graminée fourragère permet d’augmenter le rendement et couvre le sol plus rapidement pour limiter le salissment des méteils. Les mélanges ensilés peuvent contribuer à améliorer le niveau d’autonomie protéique des élevages à condition d’être suffisamment riches en protéines. Associer plusieurs espèces est un gage de réussite d’un méteil car la rigueur plus ou moins importante de l’hiver va influencer le développement de celles-ci. 

Pour une récolte précoce (avant un maïs ensilage), la chambre d’agriculture conseille d’associer les vesces et les trèfles à un seigle. Pour une récolte plus tardive, on remplacera le seigle par de l’avoine ou du triticale. Contrairement à un ray grass, ces méteils sont moins gourmands en eau et en azote et, par conséquent, moins pénalisant pour le maïs qui va suivre.

Vous vous interrogez sur la valeur protéique de vos fourrages ? Ou sur votre autonomie à fournir un fourrage riche en protéines à votre élevage ? Rapprochez-vous de votre conseiller Chambre d’agriculture de la Somme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde