Aller au contenu principal

Industrie
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir construire ensemble une première usine d'engrais bas carbone à Languevoisin (80).

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030, elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
© L' Agriculteur normand

C’est sans aucun doute «LE» projet dont le montant est le plus important pour la région Hauts-de-France, avec 1,3 milliard d’investissement. Alors que se tenait début de semaine le sommet Choose France à Versailles, de nombreux regards se sont tournés vers la Somme, et plus particulièrement vers Languevoisin où un groupe d'industriels européens réunis dans un consortium baptisé FertigHy a annoncé vouloir construire ensemble une première usine d'engrais bas carbone. Leur motivation ? «Échapper à la dépendance russe et réduire la pollution de CO2 de l'agriculture», ont-ils annoncé. Parmi ce consortium, on retrouve les entreprises EIT InnoEnergy, RIC Energy, Maire, Siemens Financial Services, InVivo et Heineken.

 

Soutien de l’État et environnement favorable

Pour les dirigeants de FertigHy, c’est un environnement propice et le soutien de l’État au projet qui ont été déterminants dans le choix de la France pour s’implanter, comme l’a déclaré José Antonio de las Heras, PDG de FertigHy : «Une industrie agricole solide et le soutien de l’État français ont été les principaux éléments qui ont incité FertigHy à choisir le nord de la France pour installer sa première usine.»

En ce qui concerne son fonctionnement, l’entreprise explique vouloir fabriquer des engrais à partir «d’électricité renouvelable et bas carbone», remplaçant ainsi l'utilisation de gaz naturel importé, traditionnellement utilisé dans cette industrie. Ainsi, explique-t-on chez FertigHy, «cette usine est un pas décisif vers la production d'engrais fabriqués en Europe et la réduction des importations d’engrais minéraux azotés. FertigHy contribuera ainsi à la décarbonation de l'agriculture française, où la production et l'utilisation d'engrais représentent actuellement 30 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur».

 

Première en France

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030, elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone, «ce qui équivaut à environ 10 % de la consommation du secteur agricole français», annonce FertigHy. Et cette dernière d’annoncer ne pas s’arrêter là. Une seconde usine FertigHy devrait en effet être construite en Espagne et sera opérationnelle peu après l'usine française.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde